Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La stratégie gouvernementale pour l’accueil des MRE déclinée devant la Chambre des représentants

Abdelkrim Benatiq répond aux questions orales des députés




La stratégie gouvernementale pour l’accueil des MRE déclinée devant la Chambre des représentants
425.000 est le nombre de Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui ont regagné le Maroc via les différents points de transit depuis le lancement de l’opération «Marhaba 2017», soit une hausse de 7% par rapport à l’année dernière. Le nombre de véhicules utilisés par eux a crû lui aussi de 7,5%, soit 48.068 unités, a indiqué Abdelkrim Benatiq, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration.
Intervenant lors de la séance des questions orales hebdomadaires à la Chambre des représentants, le ministre délégué a souligné que, depuis le début de cette opération le 5 juin dernier, il y a eu mobilisation de 27 navires dont la capacité s’élève à 40.000 passagers et 15.000 véhicules, 1.224 dessertes aériennes sans parler des vols exceptionnels  à partir des aéroports de Nador, Agadir, Al Hoceima et Fès.
Le ministre a ajouté, par ailleurs, que la Fondation Mohammed V pour la Solidarité s’est adjoint les services de 122 médecins, 140 cadres paramédicaux et 47 ambulances. La Fondation a mis également en palce 17 espaces d’accueil pour faire face à l’augmentation substantielle du trafic maritime et aérien dans la plupart des pays où transitent les Marocains du monde. Il s’agit des aires de repos Tanger-Méditerranée, Taourirt, Tazaghine et Jabha, ainsi que des sites d’accueil des ports de Tanger-Med, Nador et Al-Hoceïma, des entrées de Bab Sebta et Bab Mellilia et des aéroports de Casablanca-Mohammed V, Oujda -Angad, Agadir-Al Massira et Fès-Saïss. Des centres d’accueil ont été installés dans les ports d’Almeria, Algesiras, Sète, Gênes, Motril (Espagne), Tanger-ville mais aussi à l’aéroport de Marrakech. Et pour mieux accompagner les Marocains du monde, la Fondation Mohammed V pour la Solidarité a édité des guides en six langues : arabe, français, espagnol, italien, néerlandais et allemand, distribués gratuitement dans les consulats, agences bancaires et de Royal Air Maroc ainsi que dans la plupart des sociétés de transport. Une application pour smartphone a également été mise en ligne cette année. Elle peut être téléchargée gratuitement et permettra à ceux qui le désirent de « se géolocaliser et de disposer, en tout lieu et à tout moment, des contacts des différentes structures dédiées à la communauté marocaine à l’étranger » et d’informations pratiques.
Abdelkrim Benatiq a souligné, en outre,  de l’importance de l’opération de transit au Maroc qui constitue, depuis 15 ans, l’une des expériences réussies à l’échelle régionale, au regard des procédures y afférentes et des moyens techniques et logistiques mis à la disposition des Marocains de l’étranger soit au niveau des ports, des aéroports ou des points de transit.
Il a, dans ce sens, salué les efforts consentis par les différents services concernés, en particulier la commission gouvernementale présidée par le chef du gouvernement, la Fondation Mohammed V pour la Solidarité et le ministère de l’Intérieur, mettant en avant la bonne coordination avec la partie espagnole pour faciliter le transit.
«La migration étant un chantier multidisciplinaire, nécessite la mobilisation de toutes les parties prenantes dans le cadre d’une approche participative, dont les universitaires et les chercheurs, de par leurs expertises dans le domaine», a-t-il indiqué dans une déclaration à la presse, lors d’une rencontre de concertation avec des chercheurs et des experts en migration.
Le ministre a fait savoir que le renforcement de la recherche scientifique dans le domaine de la migration et de l’asile figure parmi les actions phares de la stratégie nationale d’immigration et d’asile.
Il a rappelé que le Maroc assiste aujourd'hui à une accélération sans égale de la mobilité humaine, avec un éventail plus large des profils migratoires (migrants climatiques, femmes indépendantes, mineurs non accompagnés, etc.), ainsi que des flux migratoires de plus en plus complexes et de plus en plus imprévisibles.
De son côté, la directrice du Centre de l'Unesco «Droits et Migrations» à Rabat, Khadija Elmadmad, a indiqué que cette initiative crée une opportunité d’échanges d’expertises et d’enrichissement des connaissances entre universitaires, experts et le département de tutelle.

Said Saâd
Vendredi 7 Juillet 2017

Lu 1250 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs