Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La station de prétraitement renforce le système de dépollution de Rabat-Témara

Préserver l’environnement et améliorer les conditions de vie des citoyens




La station de prétraitement renforce le système de dépollution de Rabat-Témara
Une fierté pour Redal. La nouvelle station de prétraitement des eaux usées de Rabat-Témara a été inaugurée le 17 juillet courant. Le projet consiste en la réalisation d’une station pour le traitement physique et préliminaire des eaux avant leur rejet en mer via un émissaire en mer. La première du genre en termes de débit puisqu’elle permettra de traiter un volume de 520.000m3 d’eaux usées par jour. Le mercredi 24 juillet, une visite guidée dédiée aux journalistes a été organisée par Redal. L’occasion pour les responsables du projet, d’apporter tous les éclaircissements à ce sujet. Ils se sont  relayés le temps de cette visite, chacun à son niveau et se sont prêtés au jeu.
C’est d’abord la station de pompage qui constitue le 1er maillon de la chaîne au sein de cette station. Et pour cause, c’est à ce niveau que sont récupérées les eaux usées arrivant des villes de Rabat et de Témara. Une chambre d’arrivée est dédiée à cet usage. Quant à la fosse à bâtard, comme l’a expliqué l’un des responsables, c’est un ouvrage qui permet de piéger les gros éléments arrivant à la station et de les récupérer par un grappin. Par ailleurs, trois dégrilleurs grossiers permettent de récupérer les éléments d’une dimension supérieure ou égale à 5mm et les mettre dans des bennes à déchets pour les évacuer à la décharge publique.  La fosse ou chambre de pompage est équipée, quant à elle, de 5 pompes. En dernier lieu deux conduites de refoulement amènent les eaux usées vers l’ouvrage de prétraitement. Là, ce qui impressionne le plus, ce sont les odeurs nauséabondes qui agressent les narines. C’est à la limite du supportable. C’est à ce niveau que sont placés les bassins (6) de dessablage, déshuilage et dégraissage. Ce n’est qu’un à stade supérieur qu’il est procédé à la désodorisation. Un système d’aspiration de l’air et un traitement biologique par filtration permettent, par ailleurs, de rejeter l’air traité à l’extérieur du bâtiment. Quant aux déchets récupérés, ils sont placés dans des décharges publiques.
La dernière phase de la visite guidée se situe au niveau de l’émissaire en mer. C’est là au final que sont conduites les eaux dépolluées. L’ouvrage est constitué d’un puits de mise en charge de 23m de profondeur duquel part un tunnel en béton de 2 m de diamètre  équipé de lests en béton armé et d’une longueur de 800m, prolongé par une conduite PEHD lestée et posée sur le fond e la mer, d’une longueur de 1.350m. Le tout d’une longueur totale de 2 km, aboutit à un diffuseur de 180m de long.
A noter au passage que des mesures ont été prises afin d’éviter toute sorte de nuisances aux riverains. Concernant les bruits, tous les équipements sont confinés dans un bâtiment insonorisé et les pompes  sont maintenues immergées dans l’eau à une profondeur de l’ordre de 10m sous le niveau de terrain naturel. Pour ce qui est de l’aspect visuel, il faut préciser que les ouvrages sont construits dans des bâtiments semi enterrés afin d’intégrer le projet de façon harmonieuse au contexte du site.
 
Quelques chiffres
1,5 hectare de terrain
Volume traité               :  520.000 m3/jour
Population touchée       :  1,5 million d’habitants
Date d’ordre de service :  1er février 2011
Date de mise en service :  1er semestre 2013
Coût global du projet     :  160 MDHS

Nezha Mounir
Samedi 27 Juillet 2013

Lu 1136 fois


1.Posté par Magid le 28/07/2013 21:23
Si je comprends bien une partie substancielle du traitement des déchets des eaux usées se déversera dans des décharges publiques qui sentiront encore plus mauvais et je ne parle même pas du risque microbien. Les eaux usées doivent être traités en totalité pour avoir une stratégie efficace en terme d'impacte sanitaire et environementale. Ce qui n'est pas le cas ici, on ne fait que déplacer une partie du problème. Vivement que les citoyens profitent de la nouvelle odeure des décharges publiques qui viendra titiller leurs narines d'un peu plus près.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs