Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La société civile dénonce la situation à l’hôpital Sidi Mohammed Ben Abdellah


Neuf ONG d’Essaouira montent au créneau



La société civile dénonce la situation à l’hôpital Sidi Mohammed Ben Abdellah
Neuf associations viennent de dresser un constat des plus alarmants du Centre hospitalier provincial Sidi Mohammed Ben Abdellah à Essaouira. Par le biais d’une lettre adressée au ministre de la Santé, au gouverneur d’Essaouira, au délégué régional du ministère de la Santé dans la région et à la déléguée provinciale du ministère à Essaouira, les associations signataires exhortent les responsables à intervenir d’urgence afin de redresser la situation du CHP qualifiée de catastrophique.
A l’entame de la lettre/plainte, les associations citent le problème du déficit en équipements et structures d’accueil. De ce fait, les médecins et infirmiers sont dépourvus de moyens requis pour prodiguer les soins aux patients issus de la province d’Essaouira qui compte plus de  400.000 habitants.
Deux blocs  opératoires pour 13 chirurgiens, du matériel et outils de chirurgie qui font défaut, un scanner et un appareil de radiologie toujours en panne, entre autres. Autant de problèmes qui handicapent les services sanitaires et obligent ainsi les chirurgiens à gérer une situation insupportable qui accentue la souffrance des malades.
Outre ces problèmes, la lettre s’est arrêtée longuement sur les pratiques insoutenables dont souffrent les malades hospitalisés au CHP Sidi Mohammed Ben Abdellah à Essaouira. Humiliations et marchandages sont le lot du mauvais traitement que font subir certaines personnes aux patients afin de les forcer à faire appel aux services du privé. Des pratiques illégales qui sont monnaie courante à cause d’une minorité qui mène une guerre acharnée contre les médecins et infirmiers intègres.
Le problème de l’hygiène a été à son tour soulevé par la lettre en question.  Et pour conclure, les neuf associations signataires réclament l’intervention urgente des responsables pour protéger à la fois patients et  médecins et infirmiers du lobby qui a mis main basse sur le CHP.
Nous avons essayé de contacter la déléguée du ministère de la Santé pour éclairer l’opinion publique sur ces différents problèmes, mais nos appels sont restés sans réponse.

Abdelali khallad
Jeudi 4 Avril 2013

Lu 802 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs