Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La société civile au cœur du processus de lutte anti-corruption




La société civile au cœur du processus de lutte anti-corruption
L'expérience du Maroc en matière de lutte contre la corruption est suivie avec beaucoup d'intérêt au niveau international, la société civile étant au cœur de ce processus à part entière, a indiqué le président de l'Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC), Abdeslam Aboudrar.
Avec l'ICPC, le Royaume présente «l'une des rares expériences au monde dans lesquelles la société civile est à l'intérieur à part entière du combat contre ce phénomène», a indiqué M. Aboudrar dans un entretien à la MAP en marge de sa participation à une réunion du Comité exécutif de l'Association internationale des agences de lutte contre la corruption (IAACA), tenu en début de semaine à New Delhi.
Au sein de cette instance internationale qui a vu le jour officiellement en 2006, les Etats sont représentés parfois par des agences de prévention, de lutte contre la corruption, des parquets, ou par le ministère de la Justice. L'objectif étant de maximiser les échanges, partager les bonnes pratiques et surtout soutenir l'action des instances, chacune dans son pays, et au niveau international, en vue de favoriser l'application par les Etats de la convention de l'ONU contre la corruption.
Le Maroc se démarque aussi, selon M. Aboudrar, du fait que son expérience «montre qu'on peut donner un saut qualitatif à l'action de l'instance contre la corruption grâce à des réformes institutionnelles».
La nouvelle Constitution a érigé l'instance au rang d'une institution constitutionnelle dotée de pouvoirs majeurs, d'une indépendance marquée et devant bénéficier de ressources et de mécanismes pour s'acquitter de sa mission, a-t-il rappelé.
Evoquant certains des chantiers sur lesquels s'activent l'ICPC, Abdeslam Aboudrar a indiqué que l'instance est en train de travailler en profondeur sur le lien entre lutte contre la corruption et renforcement de l'Etat de droit sur la base de prestigieux travaux internationaux.
En matière de gestion de l'information, il a rappelé le lancement du portail Stopcorruption.ma, un projet qui vise à renforcer le système national d'intégrité, en servant de point de contact pour recueillir les informations relatives à des actes, des pratiques et des tentatives de corruption ou d'incitation à la corruption.
L'instance s'active, par ailleurs, à finaliser un projet d'institutionnalisation d'un mécanisme qui permet à la fois de mettre en œuvre et de contrôler les principes d'éthique et de bonne gouvernance dans le secteur privé. Le projet est mené en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc.

Libé
Jeudi 11 Avril 2013

Lu 213 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs