Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La situation humanitaire se dégrade dans les villes ukrainiennes assiégées


Donetsk et Lougansk toujours tenues par les séparatistes pro-russes sous le feu des armes lourdes de l’armée



REUTERS |Valentyn Ogirenko
REUTERS |Valentyn Ogirenko
 
Un nouveau cessez-le-feu est entré en vigueur dans la bande de Gaza pour 24 heures jusqu'à mardi minuit, aux termes d'un accord obtenu in extremis au Caire entre Israéliens et Palestiniens.
Les délégués des deux camps qui négocient au Caire par l'entremise des Egyptiens "se sont mis d'accord pour prolonger de 24 heures" le cessez-le-feu, a annoncé un haut responsable palestinien au Caire lundi soir. L'incertitude étant restée totale jusqu'au dernier moment sur une prolongation du cessez-le-feu observé depuis le 11 août, après des hostilités qui ont fait plus de 2.000 morts côté palestinien et près de 70 côté israélien en un mois.
Au-delà de la prolongation annoncée, on ignorait toujours l'état des discussions censées produire non plus une pause limitée, mais une trêve durable entre des parties aux exigences apparemment inconciliables. Tandis que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu faisait monter la pression en public, des informations en provenance du Caire faisaient état d'avancées et de consultations sur une proposition égyptienne.
Peu après cependant, un haut responsable de la délégation palestinienne indiquait que les Egyptiens avaient soumis "un projet qui a été accueilli avec beaucoup de souplesse par les deux parties. On a fait des progrès". Les Israéliens et les islamistes palestiniens du Hamas qui contrôlent Gaza forment des exigences aussi difficilement compatibles que la démilitarisation de l'enclave pour les premiers, la levée du blocus israélien pour les seconds.
Le Hamas, considéré comme une organisation "terroriste" aussi bien par Israël que par l'Union européenne et les Etats-Unis, négocie au Caire au sein d'une délégation comprenant le Jihad islamique et le Fatah du président Mahmoud Abbas.
Tous discutent à présent au Caire d'une proposition égyptienne par laquelle les belligérants s'engageraient à un arrêt total des hostilités mais qui prévoit aussi une série de dispositions touchant à la réouverture de la bande de Gaza, asphyxiée économiquement par un blocus israélien.
Il est question des frontières entre Israël et Gaza, des zones tampons à l'intérieur du territoire, des zones de pêche des Gazaouis à étendre de six à douze miles nautiques au moins. En outre,  Israël devrait contribuer à l'aide humanitaire et aux réparations. L'Autorité palestinienne dirigerait en coordination avec Israël et les organisations internationales l'entrée dans le territoire des matériaux nécessaires à la reconstruction, cette disposition étant destinée à rassurer Israël, inquiet d'un détournement de ces matériaux pour lui nuire.
Des sujets aussi épineux que l'ouverture d'un port et d'un aéroport, à laquelle les Israéliens sont opposés, ou la restitution des corps de deux soldats israéliens morts en échange de la libération de détenus palestiniens, seraient remis à un mois, "après le retour du calme et de la stabilité".
 

AFP
Mercredi 20 Août 2014

Lu 88 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs