Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La situation à la Faculté des sciences Aïn Chock mise à l'index : Le SNESup demande la poursuite des responsables de la détérioration de l'enseignement




La situation à la Faculté des sciences Aïn Chock mise à l'index : Le SNESup demande la poursuite des responsables de la détérioration de l'enseignement
Le bureau local du Syndicat national de l'enseignement supérieur de la Faculté des sciences Aïn Chock à Casablanca  en a le ras-le-bol. Il a ouvertement demandé la poursuite en justice de tous les responsables «de la détérioration de l'enseignement en général et de l'enseignement supérieur en particulier et d'appliquer le principe que nul ne doit bénéficier de l'impunité dans les crimes économiques et sociaux».
Lors d’une réunion tenue récemment et au cours laquelle il a passé en revue plusieurs points dont la rentrée universitaire 2012-2013, le cahier revendicatif et les questions relatives à la recherche scientifique, l'encadrement et la formation, le syndicat a dénoncé la situation catastrophique de l'enseignement supérieur au Maroc. Il cite, à titre d'exemple, l'impossibilité de respecter les normes pédagogiques à cause du surpeuplement et du manque d’équipements nécessaires pour mener à bien la mission de l'enseignement et de la recherche scientifique (salles, amphis, moyens pédagogiques, équipements des laboratoires, salles des professeurs, situation sociale des étudiants, manque de ressources humaines…).
Il a, en outre, exprimé son refus du plan gouvernemental 2013-2016, car celui-ci constitue « le prolongement des projets et plans antérieurs qui se sont avérés un échec et qui ont eu des répercussions négatives sur l'enseignement dans notre pays ».
La politique du gouvernement actuel dans le domaine de l'enseignement est aussi pointée du doigt par le SNESup qui l'a qualifiée de «néolibérale dictée par les institutions financières internationales dans l'objectif de mettre fin à la gratuité et en faisant de l'enseignement une simple marchandise». Et d'ajouter que «l'avenir de l'Université qui est tributaire d'une politique populaire, nationale et démocratique, nécessite une réforme globale».
Le syndicat a d’autre part exhorté le gouvernement à mettre en application les dispositions de l'accord du 29 avril 2011 en vue de régler la situation financière des professeurs et leur permettant de récupérer leurs années d'ancienneté et de régler également la situation des professeurs détenteurs d'un doctorat français qui ont été lésés par l'application des articles 2 et 5 du décret daté du 1er juillet 2011.
Le bureau local du SNESup s'est, par ailleurs, solidarisé avec le professeur Raouf El Mousadi et s'est dit prêt à lutter pour qu'il recouvre tous ses droits matériels et moraux.

Mourad Tabet
Mardi 16 Octobre 2012

Lu 663 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs