Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La session législative de tous les dérapages

Piètres prestations de Benkirane




La session législative de tous les dérapages
Les deux Chambres du Parlement ont clôturé, avant-hier, la session d’automne de l’année législative 2013-2014. Comme à l’accoutumée, les deux présidents de cette institution ont dressé le bilan de cette session qui n’a pas manqué de faits marquants et également de nouveaux dérapages du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et de ses ministres.
En dépit de la manœuvre du ministre chargé des Relations avec le Parlement, à savoir le pjdiste Habib Choubani, visant à enterrer une partie importante de l’histoire du Parlement marocain, le martyr Mehdi Ben Barka a été honoré en tant que premier président de cette institution lors de la commémoration du cinquantenaire de la création du Parlement marocain. 
C’est d’ailleurs grâce à la levée de boucliers de la direction de l’USFP et de son Groupe parlementaire à la Chambre des représentants que cette manœuvre a été mise en échec. Pour rappel, Ahmed Zaidi, président du Groupe socialiste, avait appelé lors de la séance des questions orales du 29 octobre dernier à ce que le nom de Mehdi Ben Barka figure en tête de liste des anciens présidents du Parlement. «Nous insistons sur la nécessité de mettre son nom en tête de liste de ces anciens présidents, non pas parce que les martyrs sont plus nobles que nous tous, mais parce que l’homme a énormément servi son peuple et sa nation et payé de sa vie le prix de la lutte démocratique», avait-il souligné.
L’autre fait marquant de cette session a été le comportement dictatorial digne des années de plomb du chef du gouvernement, à l’encontre  de la Chambre des conseillers en décidant tout bonnement, en janvier dernier, d’arrêter la diffusion télé des «Droits d’informer» des conseillers surtout ceux de l’opposition mettant à nu les failles et les dérapages de l’Exécutif. Les analystes ont estimé, à ce propos, que la décision liberticide de Benkirane est une piètre réaction au rejet par la Chambre des conseillers du projet de loi de Finances 2014. 
Ce dernier, qui a la langue pendue, a commis une autre bévue lors de la séance mensuelle de politique générale à la Chambre des représentants, le 31 décembre 2013. Il a, en effet, saisi l’occasion pour accuser des membres dirigeants de l’Istiqlal de s’adonner à des pratiques frauduleuses sans pour autant présenter la moindre preuve tangible pour étayer ses assertions. La réaction du Parti de l’Istiqlal ne s’est pas fait attendre puisqu’il a décidé de porter l’affaire devant la justice. 

Mourad Tabet
Vendredi 14 Février 2014

Lu 1766 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs