Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La secrétaire d’Etat américaine poursuit sa tournée en Afrique : Hillary Clinton est arrivée au Soudan du Sud




La secrétaire d’Etat américaine poursuit sa tournée en Afrique : Hillary Clinton est arrivée au Soudan du Sud
La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, en tournée en Afrique, est arrivée vendredi matin au Soudan du Sud pour une brève étape dans cet Etat âgé d’un an, pour l’exhorter notamment à régler ses différends avec le Soudan, qui ont porté les deux pays au bord de la guerre.
La chef de la diplomatie américaine est la plus haute personnalité américaine à se rendre au Soudan du Sud depuis que le pays a proclamé son indépendance d’avec Khartoum le 9 juillet 2011. A Juba, où elle ne restera que trois heures environ, Mme Clinton rencontrera le président Salva Kiir et le ministre sud-soudanais des Affaires étrangères Nhial Deng Nhial, avant de retourner à Kampala, la capitale ougandaise, où elle était arrivée jeudi soir en provenance du Sénégal.
Mme Clinton va certes «réaffirmer notre amitié solide à l’égard du Soudan du Sud», mais elle va surtout faire part à M. Kiir de «notre inquiétude face à des questions fondamentales qui ne sont toujours pas résolues, qui n’avancent pas et qui continuent de diviser les deux pays,» a expliqué un haut responsable américain dans l’avion qui emmenait la secrétaire d’Etat de Dakar à Kampala.
«Il est absolument essentiel que le Soudan du Sud et le Soudan progressent le plus vite possible pour résoudre leurs différends, ce qui requiert que les présidents des deux pays s’engagent et exercent leur pouvoir,» a martelé ce responsable.
Les Etats-Unis ont soutenu les rebelles sudistes au cours des décennies de guerre civiles qui les ont opposés au régime de Khartoum. Des différends, non réglés par l’accord de paix signé en 2005 entre Khartoum et Juba et ayant débouché sur la partition, continuent d’empoisonner les relations entre les deux Soudans et les ont conduits au bord de la guerre ouverte au printemps dernier. Parmi ces questions figurent la démarcation de la frontière commune, le statut de zones contestées et le partage de la manne pétrolière du Soudan d’avant la partition.
Des pourparlers en cours à Addis Abeba, sous l’égide de l’Union africaine (UA), n’ont pour l’heure débouché sur aucun progrès notable.
Un ultimatum donné le 2 mai par le Conseil de sécurité de l’ONU aux deux pays pour régler leurs différends, sous peine de sanctions, a expiré jeudi soir, alors que cette semaine des pays membres du Conseil ont intensifié leurs pressions sur Juba et Khartoum.
Mme Clinton va certes «réaffirmer notre amitié solide à l’égard du Soudan du Sud», mais elle va surtout faire part à M. Kiir de «notre inquiétude face à des questions fondamentales qui ne sont toujours pas résolues, qui n’avancent pas et qui continuent de diviser les deux pays,» a expliqué un haut responsable américain dans l’avion qui emmenait la secrétaire d’Etat de Dakar à Kampala.

Libé
Samedi 4 Août 2012

Lu 224 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs