Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La saison à venir sera-t-elle vraiment professionnelle ? Il urge d’en finir avec un football désespérément amateur




La saison à venir sera-t-elle vraiment professionnelle ? Il urge d’en finir avec un football désespérément amateur
La saison 2011-2012 aura servi de transition vers ce que l’on veut être du football professionnel. Il faut dire que pour cette première saison,  on en était loin. Et ce n’est pas un club comme Khémisset qui nous contredirait. Le club des Zemours a fini sur les rotules. Un vrai mélodrame avec des dirigeants disparus dans la nature, des joueurs livrés à eux-mêmes et qui n’avaient même pas de quoi se nourrir ni les moindres  moyens pour rentrer chez eux après avoir livré le dernier match du championnat.
Bien d’autres cas quoique moins dramatiques, vont dans le même sens, celui d’un football qui n’en finit pas de se  chercher.
Tel ce KAC qui a passé le plus clair de son temps à se déchirer, avec des problèmes de gestion, d’adhésions ou de joueurs eux-mêmes.
Les clans formés par-ci et par-là n’étaient pas pour arranger les choses bien au contraire. A telle enseigne que les tribunaux ont dû se mêler de ce qui aurait dû ne pas être de leur ressort si on s’était limité au seul volet sportif. La crise du KAC aura cependant donné des idées à quelques politiques soucieux de donner de l’éclat à une lanterne qui commence à se faire de plus en plus terne.
On pourrait aisément citer les 16 clubs de l’exercice qui ont tous et sans exception fait plus ou moins, preuve d’un manque de professionnalisme.
Et ce n’est pas une fédération pas professionnelle pour un rond qui aurait pu rectifier le tir.
On a eu à subir, non sans amertume, le trop petit profil d’un club qui a de tout temps fait honneur au football marocain et qui a tout pour servir de modèle. Au lieu de cela, l’ASFAR s’est embourbée  dans les problèmes d’une valse effrénée d’entraîneurs et de joueurs trop gâtés dont certains se prenaient pour des Messi et des Messie du football national, voire plus.
Le WAC également est pourvu de tout pour donner l’exemple, sauf que les gros moyens n’ont pas été utilisés à bon escient. Les recrutements se sont faits coûteux mais trop peu inspirés. Normal puisque ceux-ci doivent obligatoirement être l’œuvre de techniciens confirmés. Le résultat final a prouvé le gros ratage à ce niveau.
Et comme on ne peut pas parler du Wydad sans parler du Raja, il ne serait peut-être pas superflu de rappeler que les Verts également ont continué de patauger dans un amateurisme primaire. Oublions tous ces recrutements ratés  avec des joueurs  payés à prix d’or sans que cela ne se reflète sur le terrain. Mais comment ne pas rappeler, entre autres bêtises, cette gifle assenée par Souleimani à un coéquipier, ou ce savon passé à l’entraîneur à l’issue  du même match, par Salhi ? Le comble, c’est que ces vils actes indignes de joueurs de quartiers sont restés impunis.
Une question pour finir : à quoi ressemblerait la saison à venir ?

KBM
Jeudi 5 Juillet 2012

Lu 307 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs