Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La rupture des stocks de sang guette Rabat, Casablanca, Fès, Marrakech et Agadir


Les réserves risquent de ne couvrir que deux à trois jours de besoins



La rupture des stocks de sang guette Rabat, Casablanca, Fès, Marrakech et Agadir
 
 
Le Centre national de transfusion sanguine tire la sonnette d’alarme. Le stock des produits sanguins est passé sous le seuil d’alerte. Les réserves actuelles sont estimées à 5.000 pochettes et risquent de s’épuiser dans deux à trois jours, notamment dans certains centres régionaux comme ceux de Rabat, Casablanca, Fès, Marrakech et Agadir.  
«Il est vrai que la situation est alarmante mais elle n’a rien de  surprenant. L’insuffisance des stocks est récurrente pendant la période estivale où le don de sang est la dernière priorité de citoyens préoccupés par les vacances», nous a indiqué Malika Mazzine, présidente de l’Association marocaine des donneurs de sang (AMDS)  avant d’ajouter : « Pourtant, nous pensons que le pire a été évité puisque la pénurie de sang n’est pas survenue pendant le Ramadan où les donneurs se sont fait rares».  
La présidente de l’AMDS estime que les insuffisances des stocks de sang est un phénomène mondial et pas forcément marocain. « C’est partout pareil.  La forte demande des hôpitaux notamment sur certains groupes sanguins ainsi que le temps limité de conservation du sang  produisent ce genre de situation », nous a-t-elle précisé.  Pourtant, notre source reste confiante en la générosité des Marocains et leur solidarité. « Nous pensons que les Marocains vont affluer de nouveau vers les centres de transfusion sanguine. Il suffit d’en appeler à leur sens civique pour qu’ils répondent présent ». 
Malika Mazzine estime ainsi que les Marocains donnent de plus en volontairement leur sang et notamment les jeunes. « Nous avons constaté que la catégorie d’âge 18-40 ans représente un taux important. Les jeunes sont en train de dépasser les plus de 40 ans qui ont constitué l’armée de volontaires », nous a-t-elle expliqué.    Pour cette dernière, la perception du don de sang  par les Marocains connaît une vraie mutation. « La mentalité des Marocains est en évolution. Beaucoup de nos concitoyens ont romu avec les idées reçues sur le don de sang », nous a-t-elle déclaré. « Les rumeurs selon lesquelles le sang des volontaires serait vendu  ou que le don de sang pourrait transmettre des maladies sont en train de fondre comme neige au soleil. La population est plus conscience des enjeux et de l’importance de donner son sang », nous a-t-elle confié.  
Une confiance qui ne résiste pas trop devant la réalité puisque le pourcentage de donneurs volontaires ne dépasse pas le 1% de  l’ensemble de la population alors que l’OMS recommande 3% comme taux minimal de donneurs réguliers pour pouvoir assurer l’autosuffisance.
Au cours des quatre dernières années, la consommation en produits sanguins s’est élevée à 28 % contre 7% de dons. A titre d’exemple, en 2012 le nombre de dons était de 250.000 alors que les besoins étaient estimés à 300.000. 
 
 

Hassan Bentaleb
Mercredi 20 Août 2014

Lu 949 fois


1.Posté par zapata le 21/08/2014 19:16
ou donner à marrakech ?

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs