Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La rivière Riachuelo, l'un des lieux les plus pollués du monde




La rivière Riachuelo, l'un des lieux les plus pollués du monde
Une place parmi les dix sites les plus pollués du monde. C'est une bien triste reconnaissance que vient de recevoir la rivière Riachuelo (ou Matanza) située en Argentine. Cette rivière qui sépare Buenos Aires de sa banlieue sud (5 millions d'habitants) borde notamment le quartier populaire de La Boca, très prisé par de nombreux touristes. Pourtant, l'eau du Riachuelo n'a pas de quoi faire rêver, souligne l'ONG Green Cross à l'origine du classement.
L'eau de la rivière également appelée Matanza dépasse de 50% les seuils autorisés en arsenic, mercure, plomb et zinc, selon Greenpeace et d'autres organisations écologistes. Des décharges à ciel ouvert sont même disposées le long des deux rives du cours d'eau. Plus perceptibles, l'odeur nauséabonde et l'eau sombre sont vecteurs de maladies, en partie dues aux métaux lourds. Ainsi, les pathologies cutanées et respiratoires sont courantes chez les habitants des rives et des quartiers situés à proximité du Riachuelo.
Le quartier le plus sévèrement touché est sans doute celui de Favela inflammable. En effet, il se situe à proximité immédiate du pôle pétrochimique Dock Sud, qui déverse de grandes quantités de déchets chimiques dans les eaux. Car c'est bien l'activité industrielle des usines de traitement du cuir et de fabrication de produits chimiques qui est responsable de 95% de la pollution.
Les 5% restants sont dus aux pluies diluviennes qui forment des torrents dans les ruelles de terre battue des quartiers et emportent dans la rivière tous types de déchets. Bien que la situation reste catastrophique, les choses s’améliorent progressivement depuis 2008, date à laquelle la Cour suprême a obligé les autorités à réagir. Ainsi, 12.000 camions remplis de déchets, ont été extraits du lit et des abords de la rivière, soit 190.000 tonnes, selon l'Autorité du bassin Matanza Riachuelo (ACUMAR).
Cité par l'AFP, Guillermo Balbi, un plongeur professionnel qui a exercé dans la rivière raconte : "Parvenir au fond du Riachuelo, c'est comme s'enfoncer dans un yaourt noir et gelé".
Il aura tout de même fallu attendre près de 200 ans pour que les tentatives de dépolluer la rivière aboutissent (la première date de 1810). Le ministre argentin de l'Environnement, Juan José Mussi, a affirmé en mars dernier que la pollution du Riachuelo serait éliminée en 2016 pour ce qui concerne les rejets industriels, les eaux usées et les déchets ménagers.
Néanmoins, Greenpeace estime que ces déclarations ne sont pas réalistes tant qu'une norme n'est pas imposée aux entreprises. Pour l’ONG, "il n'y a pas d'évolution positive sur la qualité de l'eau et les niveaux de toxicité restent très élevés. Le gouvernement national, comme celui de la province de Buenos Aires et de la capitale doivent apporter les fonds nécessaires pour atteindre l'objectif" d'assainissement, conclut l’organisation.

Libé
Mercredi 20 Novembre 2013

Lu 157 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs