Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La riviera sud-africaine pleure le "Choo Tjoe", son petit train à vapeur




Les prospectus touristiques vantent toujours ce petit train à vapeur traversant le lagon de Knysna. Mais l'Outeniqua Choo Tjoe n'y passe plus depuis cinq ans, l'Afrique du Sud ayant désormais d'autres priorités que le financement de ce genre d'attractions.
Joyau de la "Garden Route", un morceau de riviera particulièrement prisé du sud du pays, le Choo Tjoe (prononcer "tchou-tchou") longeait des plages de rêve, traversait lagons et lacs, coupait à travers des forêts...
Tous les jours sauf le dimanche, et en près de quatre heures, il reliait la station de Knysna --rendue célèbre par les frasques de l'équipe de France de football lors de la Coupe de monde de 2010-- au musée des transports de George, 67 km plus loin.
Mais la ligne a été gravement endommagée par des inondations en août 2006.
En attendant des réparations qui n'ont jamais été entreprises, le train a été détourné à l'ouest de George. Mais il n'a pas trouvé son public sur ce parcours de substitution moins pittoresque. Et Transnet, le conglomérat public qui gère les chemins de fer sud-africains, a décidé d'arrêter les frais en septembre 2010.
"Nous sommes vraiment impatients de le voir reprendre du service, car il est très important pour notre patrimoine et pour l'industrie touristique dans la région", insiste Tammy Evans au ministère du Développement économique et du Tourisme de la province du Cap occidental, où est située la "route des jardins".
"Nous avons demandé de pouvoir le reprendre quand il a fermé. Nous voulons la ligne, et nous voulons le train aussi!", ajoute-t-elle.
Des négociations ont donc été engagées entre Transnet et la province, laquelle entend monter "une sorte de partenariat-public privé" pour refaire rouler le train.
Car une remise en état de la ligne coûterait entre 100 et 200 millions de rands (10 à 20 millions d'euros), un investissement que le Cap occidental ne peut pas s'offrir. Sans parler du rafraîchissement nécessaire du matériel, qui rouille gentiment dans un "dépôt du patrimoine" des environs.
Du côté du groupe public, on se contente de dire que "Transnet examine diverses options, y compris la réouverture de la ligne".
"Cette ligne n'a jamais été rentable. C'était de la charité (de la part de Transnet), pour ainsi dire", ajoute toutefois son porte-parole Mboniso Sigonyela.
Un cadre du groupe va même plus loin, lançant sous couvert d'anonymat que "l'Afrique du Sud a d'autres chats à fouetter que de financer des petits trains pour touristes blancs", alors que les besoins en infrastructures sont énormes.
Le gouvernement provincial est néanmoins "persuadé que ce train est si spécial qu'il peut faire des bénéfices". Et de rappeler qu'il transportait près de 120.000 passagers par an avant sa disparition, en majorité des touristes étrangers sans doute prêts à payer plus que la dizaine d'euros que coûtait le billet.
Les "Amis du Choo Tjoe", un groupe de pression œuvrant pour le retour du train à Knysna, indiquent que deux opérateurs privés se sont déjà montrés intéressés.
Les infrastructures pourraient être remises en état par étapes, en commençant par un court tronçon au départ de Knysna qui permettrait au moins de traverser le lagon pour de petites balades.
"Mais nous devons le faire maintenant, avant que la ligne ne soit complètement hors d'usage", avertit leur secrétaire Kees Estié.
La capitale touristique de la région est d'autant plus impatiente qu'elle avait misé à fond sur le Choo Tjoe en développant les "Knysna Quays", un centre touristico-commercial doublé d'une marina opportunément construit aux portes de la gare... et qui s'est retrouvé sans train à peine ouvert.

AFP
Jeudi 22 Septembre 2011

Lu 260 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs