Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La résistance des bactéries aux antibiotiques




Une simple petite molécule composée d'un atome d'oxygène et d'un atome d'azote joue un rôle important dans la résistance d'agents pathogènes aux antibiotiques, selon une étude américaine.
L'étude menée par Evgueny Nudler, professeur de biochimie au Centre médical Langone de l'université de New York, montre que le monoxyde d'azote est capable de réduire l'impact de beaucoup d'antibiotiques en aidant les bactéries à neutraliser de nombreux composants antibactériens.
“Développer de nouveaux médicaments pour combattre les bactéries résistantes aux antibiotiques (...) est un énorme défi impliquant des coûts élevés et de nombreuses questions de sécurité”, souligne M. Nudler, dont l'étude est parue jeudi dans le magazine Science.
“Là, nous avons un raccourci, car nous n'avons pas besoin d'inventer de nouveaux antibiotiques. A la place, nous pouvons renforcer l'action de ceux que nous connaissons bien, en les rendant plus efficaces à des doses moindres”, explique le chercheur.
Le monoxyde d'azote (NO) était uniquement considéré comme un gaz toxique polluant jusqu'à ce qu'une étude de 1987 récompensée par un prix Nobel ne montre qu'il joue aussi un rôle physiologique chez les mammifères.
Des découvertes faites depuis lors ont montré qu'il intervenait dans de nombreuses activités, allant de l'apprentissage et la mémoire à la régulation de la pression sanguine en passant par l'érection, la digestion ou la lutte contre les infections et le cancer.
Evgueny Nudler et ses collègues avaient déjà montré il y a quelques années que des bactéries inoffensives utilisaient le monoxyde d'azote pour lutter contre l'oxydation bactérienne.
Cette nouvelle étude montre que le monoxyde d'azote combat l'effet de nombreux antibiotiques contribuant à l'oxydation bactérienne, qui conduit souvent à leur destruction.
L'étude suggère que les scientifiques pourraient utiliser des inhibiteurs de la NO-synthase, une enzyme qui produit du monoxyde d'azote dans les bactéries et dans l'organisme humain, afin de rendre les bactéries résistantes aux antibiotiques plus sensibles à l'action des médicaments existants.

AFP
Mercredi 16 Septembre 2009

Lu 225 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs