Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La renaissance d’un patrimoine : L’Outar dans tous ses états à Settat




La renaissance d’un patrimoine : L’Outar dans tous ses états à Settat
L’Outar retrouve sa fête, désormais annuelle. Son Festival national aura lieu du 12 au 14 octobre à Settat, sous le thème: «Renaissance d’un patrimoine». L’Association Maroc profond pour la préservation du patrimoine a réussi, en organisant cette deuxième édition, à relever le défi de la continuité.
Selon un communiqué des organisateurs, cet événement sera notamment une opportunité pour rendre hommage à des artistes qui ont choisi l’Outar comme instrument de prédilection. Le choix a été, on ne peut plus, réussi: le rossignol du sud-est Ouhachem Bouâzama de Mellaâb, près de Rissani, Cheikh Aouissa qui n’a cessé d’enchanter le public de sa région, ainsi que le fameux duo, Kachbal et Zaroual.
Aux Sides Events, les fidèles de cette manifestation patrimoniale, organisée en partenariat avec le ministère de la Culture et l’Université Hassan I, auront rendez-vous avec une conférence initiée le 13 octobre à la Faculté de droit, autour de « L’Outar comme instrument musical et expression artistique », avec la participation d’une pléiade de chercheurs en matière de patrimoine.
Pour la première fois dans l’histoire de cet art, le Festival présentera une symphonie musicale interprétée par des jeunes de moins de vingt ans, sous la direction du maestro Abderrahim Rabab et la symphonie de l’Atlas sous la direction du maestro Moha Habibi. En plus, le Festival verra l’organisation d’une exposition d’œuvres d’art et des Outars anciens présentant ainsi les différents types d’Outars (melhoun, aïta, chanson amazighe, le gnaoui, et la musique hassanie).
L’objectif de cette manifestation, initiée avec le soutien du conseil régional Chaouia-Ouardigha, le conseil provincial et le conseil municipal, est la mise en synergie de différents types de création.  Il s’agit également d’une belle manière de préserver cet art en tant que patrimoine authentique. Enfin, le Festival entend, selon les organisateurs, fêter la mémoire collective d’un Maroc manifestement pluriel. L’identité riche et variée d’un Maroc uni en profondeur. 

Mustapha Elouizi
Vendredi 28 Septembre 2012

Lu 506 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs