Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La relance des activités de l'aéroport de Bruxelles compromise par la grève des contrôleurs




Toujours affecté par les attentats qui l'ont dévasté le 22 mars, l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem a subi mercredi une grève "sauvage" d'une partie des contrôleurs aériens belges, au grand dam de dirigeants politiques scandalisés par l'impact sur ce poumon économique du pays.
 Combien de temps durera encore le mouvement ? Quelles conséquences aura-t-il sur les vols? Ni Belgocontrol, la société publique chargée de la sécurité du trafic dans le ciel belge, ni Brussels Airport, qui gère l'aéroport, n'étaient en mesure de répondre en fin de journée.
 "Tous les vols prévus à l'arrivée et au départ jusqu'à 22 heures sont assurés comme prévu. La situation après cette heure là et pour demain reste incertaine", a écrit Brussels Airport sur son compte Twitter en fin d'après-midi.
 Selon Belgocontrol, l'équipe travaillant sur le créneau 15H000-22H00 était au complet, permettant d'assurer tous les vols. Mais pour la suite, "nous attendons de nouveau des problèmes", a déclaré à l'agence Belga Dominique Dehaene, porte-parole de cette société.

 Dans la matinée, quelque 200 vols ont été annulés, alors que le principal aéroport du pays opère actuellement 400 vols par jours.
 La compagnie Brussels Airlines, ébranlée par l'attentat du 22 mars qui l'a privée de son aéroport pendant plus de deux semaines, a déploré l'annulation mercredi de 87 vols, soit environ un tiers de son trafic de la journée, selon une porte-parole.
 Le mouvement de grève, entamé mardi après-midi, a été décidé sans préavis par certains contrôleurs opposés à un accord sur les fins de carrière prévoyant leur "mise en disponibilité" à 58 ans, contre 55 ans auparavant.
Selon la direction de Belgocontrol, une association représentant quelque 80 de ses 280 agents, la "Guilde des contrôleurs aériens", a incité ses membres à se déclarer malades et inaptes à assurer leur service.
 L'aéroport de Bruxelles-Zaventem a été la cible le 22 mars d'un double attentat suicide commis dans le hall des départs par des membres d'une cellule jihadiste qui a également frappé le métro de Bruxelles à la station Maelbeek. Au total, ces attaques ont causé la mort de 32 personnes et en ont blessé 340 autres.
 Après 12 jours d'arrêt total, le trafic avait progressivement repris le 3 avril grâce à la mise en place d'un hall provisoire et à un renforcement de la sécurité, mais un retour à la normale n'était pas prévu avant plusieurs mois.
 De nombreuses voix se sont élevées mercredi, en Belgique et à l'étranger, pour dénoncer une grève qui compromet à nouveau la relance de l'activité aéroportuaire à plein régime.
 Brussels Airport, qui fait travailler 20.000 personnes sur son site, revendique la place de deuxième pôle de croissance économique de Belgique après le port d'Anvers.
 "Quelques personnes jugent nécessaire de jouer avec son avenir et l'avenir de dizaines de milliers de travailleurs", a protesté sur la radio flamande VRT Marc Descheemaecker, qui préside le conseil d'administration de la société.
 "Je n'accepte pas qu'une poignée décide de prendre le pays en otage, de mettre notre image et notre situation économique en danger", a abondé le Premier ministre Charles Michel, en dénonçant une "grève sauvage totalement inacceptable".
 Il a menacé de sanctions les médecins qui accepteraient de signer des "certificats de complaisance" pour des contrôleurs absents.
 "Nous sommes dos au mur. Nous perdons notre crédibilité à l'étranger", a déploré l'association des tours-opérateurs belges.
 L'Association du transport aérien international (IATA) a vivement dénoncé "un coup de poing dans la figure" porté à ceux qui oeuvrent à relancer le transport aérien depuis Bruxelles.
 Les syndicats traditionnels et les ministres des Transports, Jacqueline Galant, et de l'Emploi, Kris Peeters, ont appelé les contrôleurs à "reprendre le travail aussi vite que possible", à l'issue d'une réunion d'urgence à laquelle la Guilde n'avait pas été conviée.

Libé
Vendredi 15 Avril 2016

Lu 768 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs