Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“La reine Merkel”, plus que jamais incontournable en Europe




“La reine Merkel”, plus que jamais incontournable en Europe
Dix ans après son entrée en fonction, la chancelière allemande Angela Merkel, reste la porte-drapeau incontestée de l'Europe, confrontée à de multiples crises, et ce malgré une popularité en baisse dans son pays, selon les analystes. Au nom des valeurs "morales" de l'UE, elle a décidé cet été d'accueillir généreusement des réfugiés en Allemagne. Auparavant, elle avait aidé à maintenir la cohésion au sein de la zone euro au plus fort de la crise grecque et organisé une réponse européenne au conflit ukrainien.
 La suprématie économique de l'Allemagne, combinée à la relative faiblesse de ses collègues européens, font d'elle la "tsarine de l'Europe", et ce, même si des Grecs ont par le passé brûlé son effigie et les pays de l'Est la rendent responsable de l'afflux des migrants.
De fait, sa popularité vacille dans son pays au moment où l'UE a besoin de leadership.
 "Comme l'UE s'est montrée incapable d'anticiper les crises, c'est devenu du ressort de Merkel de prévenir l'implosion de l'Union", analyse Judy Dempsey, membre du think-tank Carnegie Europe, auteure d'un essai sur la chancelière allemande. "C'est un boulot peu enviable, plein de risque", écrit-elle.
 Preuve de son influence, Merkel a volé la deuxième place au président Barack Obama, arrivant ainsi juste derrière Vladimir Poutine, dans le dernier classement des personnalités du magazine Forbes. L'influent hebdomadaire The Economist vient de la qualifier d'"Indispensable Européenne" à sa une.  "Ces dernières années, elle a joué un rôle déterminant dans la résolution des crises et des situations difficiles", explique Janis Emmanouilidis, du Centre de politique européenne (EPC).
 C'est pourtant dans la discrétion que cette femme, originaire d'ex-RDA, avait commencé à diriger l'Allemagne en 2005, rétablissant progressivement les relations avec Washington après que Berlin, avec Paris, se soit opposée à l'invasion américaine de l'Irak en 2003.
 Docteur en physique, Merkel, encline à une approche scientifique pour résoudre les problèmes, s'est d'abord montré hésitante sur la crise des dettes souveraines dans la zone euro.
 Et la ligne dure représentée par l'Allemagne, prônant l'austérité dans des pays dévastés par la crise, a contribué à faire d'elle un objet de haine, particulièrement en Grèce où la mémoire de l'occupation nazie reste vive.
Mais c'est elle qui a tranché cet été pour que la Grèce reste dans la zone euro.
 Concernant l'Ukraine, alors que le reste de l'Europe était tenu à l'écart, c'est encore Merkel, qui, avec le président français François Hollande, s'est rendue à Minsk pour négocier un cessez-le-feu en février cette année.
 La chancelière allemande serait aussi le seul dirigeant européen que le président Poutine respecterait.  La crise migratoire lui a donné une nouvelle occasion d'affirmer son leadership européen: face à l'afflux de réfugiés et alors que nombre de dirigeants européens s'inquiétaient de la montée en puissance des partis populistes, Mme Merkel a stupéfait tout le monde en ouvrant grand les portes de l'Allemagne aux réfugiés syriens.
 Mais cette annonce a quelque peu ébranlé sa position en Europe. Ainsi, les nations d'Europe centrale et orientale l'ont accusé d'encourager les migrants à les submerger pour se rendre en Allemagne. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, est même allé jusqu'à rejeter "l'impérialisme moral" de Merkel.
 Et surtout, la dirigeante allemande, habituée à survoler les sondages, a tout à coup vu sa cote de popularité baisser, ses compatriotes craignant l'arrivée d'un million de réfugiés chez eux cette année.
 "Elle est sous pression en Allemagne comme elle ne l'a jamais été jusqu'ici. Si elle doit faire face à d'autres problèmes, cela provoquerait une grande incertitude qui aurait des effets négatifs en Europe", relève M. Emmanouilidis.
 Sa décision soudaine sur les réfugiés rappelle une autre volte-face de Merkel en 2011 après la catastrophe nucléaire de Fukushima (Japon) qui l'a conduite à annoncer l'abandon progressif de l'énergie atomique en Allemagne. Un revirement qui a eu un impact majeur sur sa politique énergétique et industrielle.
 Mais même si elle est plus contestée qu'avant, Merkel reste "la reine de d'Europe", un de ses surnoms, d'autant plus que l'influence du tandem franco-allemand décline dans le sillage de la faible popularité de François Hollande, s'accordent à dire les analystes.
 Et surtout, elle est à la tête de la première économie européenne, souligne M. Emmanouilidis pour qui "rien d'important en Europe ne peut avoir lieu sans l'accord de l'Allemagne - Peu importe qui dirige à Berlin, il ou elle aura le rôle de leader en Europe".

Vendredi 20 Novembre 2015

Lu 532 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs