Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La régionalisation avancée, fer de lance de la lutte contre les disparités

Les quatre phases d’une longue mutation




La régionalisation avancée représente l’aboutissement d’un long processus de réformes structurelles visant l’instauration des régions au rang de collectivités locales autonomes, placées au cœur de la dynamique de démocratisation et de décentralisation menée par le Maroc.
Pour bien prendre en compte toute la mesure de cette mutation, il faut la scinder en quatre phases :
La première a trait à la régionalisation de crise (1912-1956). La vision que portaient les autorités du Protectorat sur le Maroc était purement duelle, les analyses régionales mettant l’accent sur les oppositions. Les villes se démarquaient  de la campagne et le Maroc «utile» était implicitement opposé à un Maroc «inutile» réservé aux «indigènes». Bled Siba face au Bled Al Makhzen, en quelque sorte. Cette vision dichotomique avait influencé les découpages régionaux.
A cette époque, la régionalisation ne faisait que répondre à des impératifs de sécurisation et de planification tendant à contrôler les espaces territoriaux réfractaires à l’autorité française.
La seconde phase a été celle de la régionalisation économique (1971-1996). La prise en compte des déséquilibres spatiaux et la nécessité de restructurer le territoire sur des bases régionales amènent le législateur marocain à créer, par le Dahir du 16 juin 1971, sept régions économiques (Sud, Tensift, Centre, Centre-Nord, Centre-Sud, Centre-Ouest, Oriental). L’objectif étant de créer un cadre de référence et d’action économique en mesure d’infléchir les tendances au développement inégal ; de corriger les excès de la centralisation administrative et de remplacer les provinces et les préfectures jugées inadaptées aux exigences du développement économique et à la planification spatiale.
Durant la réforme constitutionnelle de 1992 et 1996, l’Etat va reconnaîre la région en tant que collectivité locale décentralisée et déconcertée. Quant à la phase de la régionalisation administrative (de 1997), elle a eu pour trait le plus marquant, l’officialisation de 16 régions qui sont devenues de véritables sous-ensembles de la nation dotés de pouvoirs et de gestion autonomes. Avec cette réforme, un pas concret vers une vraie régionalisation a été franchi.
Pour ce qui concerne de la quatrième phase, à savoir celle de la régionalisation avancée, force est de constater que malgré les changements qui ont été introduits par les Constitutions de 1992 et 1996, les disparités régionales persistant et croissant fortement, l’une des manières de lutter efficacement contre elle n’est autre que le processus de régionalisation avancée actuellement en cours.
Selon l’analyse qui en a été faite par la plateforme électorale de l’USFP, la situation existant dans chacune des 16 régions du pays démontre que les disparités territoriales sont fortes entre les différentes régions du Royaume.
Tout d’abord, s’agissant du PIB régional, l’USFP rappelle que la région du Grand Casablanca représente 19,4% du PIB national avec un PIB de 150 milliards de dirhams environ. La région de Rabat-Zemmour-Zaer arrive en seconde position avec un PIB de près de 100 milliards de dirhams (12,6% du PIB total). La région la plus pauvre est celle de Taza-Al Hoceima avec un PIB de 22 milliards de dirhams. S’agissant des inégalités en termes de niveau de vie mesuré par le PIB/habitant, il y a de très fortes disparités régionales puisque le PIB par habitant atteint 187.000 dirham pour la région de Lagouira-Oued Dahab, alors qu’il est à peine de 12.000 dirhams pour la région Taza-Al Hoceima.  Les régions du Grand Casablanca et Rabat Zemmour-Zaër se situent autour de la moyenne nationale qui est de 40.000 dirhams environ.
S’agissant ensuite de l’environnement des affaires, qui est un élément important de la compétitivité des territoires, il apparaît selon les classements effectués par la Banque mondiale, que la région de Souss-Massa-Draâ arrive en tête des régions où il est le plus commode de faire des affaires. L’octroi de permis de construire ainsi que l’exécution des contrats sont des points forts de la région. Curieusement, la région du Grand Casablanca, premier pôle économique du pays, n’est classée que 6ème en termes de facilité des affaires sur un total de 8 villes évaluées. Quant à la région de Tanger-Tétouan, 3ème pôle économique du pays, elle occupe le dernier rang en termes d’environnement des affaires avec deux grands points noirs, à savoir la création d’entreprise et le transfert de propriété.
S’agissant ensuite des infrastructures éducatives, le nombre d’établissements primaires est inégal d’une région à l’autre puisque la région de Souss-Massa-Draâ accapare 13,2% du nombre total d’établissements (1322), suivie de la région du Grand Casablanca avec 10,5% (près de 1000 établissements), alors que les régions situées dans les provinces du Sud représentent seulement entre 0,3% et 1% du nombre total d’établissements. Cependant, de manière générale, nous constatons une certaine cohérence entre la part du nombre d’établissements dans une région donnée par rapport au nombre total d’établissements et la part du nombre d’élèves dans la région par rapport au total national.  
En ce qui concerne le nombre de collèges et lycées, la tendance est la même puisque la région de Casablanca se taille la part du lion avec 15,4% du total avec près de 400 collèges suivie de près par la région de Souss-Massa- Draâ avec 13,2% du total. Sans surprise, la proportion la plus faible de lycées et collèges se trouve au niveau des régions Sud, mais cela est à mettre en parallèle avec la part du nombre des élèves dans ces régions dans le total national qui demeure faible.
Concernant le taux d’encadrement des étudiants (nombre d’étudiants par professeur permanent) dans l’enseignement supérieur, celui-ci est très inégal entre les régions puisqu’il varie de 0,53 dans la région de Fès-Boulmane à plus de 26 au niveau de la région du Grand Casablanca ; la moyenne nationale étant de 6,22.
S’agissant ensuite du secteur de la santé, le nombre d’infrastructures sanitaires publiques dans une région donnée n’est pas corrélé avec la population. En effet, la région du Grand Casablanca ne compte que 148 établissements de santé public pour une population de près de 4 millions d’habitants, alors que la région de Marrakech-Tensift Al Haouz en compte 362 (plus du double) pour une population de 3.300.000 habitants, alors que la région de Souss-Massa-Draâ compte 400 établissements pour une population de 3.500.000 habitants. Le nombre de médecins par habitant montre également des disparités spatiales puisque ce sont les régions du Grand Casablanca et de Rabat-Zemmour-Zaër qui comptent le plus de médecins par habitant, alors que ce taux est le plus faible dans les régions de l’Est (Taza-Al Hoceima-Taounate), Centre (Tadla-Azilal) et Sud (Souss-Massa-Draâ et Oued Dahab-Lagouira). La moyenne nationale est d’1 médecin pour 2.433 habitants.
Néanmoins, c’est au sujet de l’emploi que les disparités sont les plus fortes. En effet, la région de l’Oriental enregistre le taux de chômage le plus élevé avec 17,7%, alors que la moyenne nationale est de 9%, suivie des provinces du Sud où le taux de chômage moyen est de 15,2%. La région de Rabat-Zemmour- Zaër enregistre également un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale avec 12,8%. En revanche, c’est la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz qui enregistre le taux de chômage le plus faible avec 4,5%, ainsi que la région de Fès-Boulmane (6,5%).

Ahmed Khaldi
Samedi 29 Août 2015

Lu 660 fois

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs