Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La réforme de la justice fait les frais du comportement de Ramid


Le président de la Cour de cassation épingle son ministre



La réforme de la justice fait les frais du comportement de Ramid
Le ministre de la Justice et des Libertés, en l’occurrence le pjdiste Ramid qui avait attiré l’attention avec ses discours populistes lorsqu’il était parlementaire dans l’opposition fait de plus en plus l’unanimité contre lui. Après les greffiers et les juges, voilà le président de la Chambre de cassation qui monte au créneau pour dénoncer l’attitude de Mustapha Ramid depuis qu’il a pris en charge les destinées du département de la Justice. «Ramid est un homme qui a abandonné 90% de ses principes. Malheureusement, Ramid le politicien est différent de Ramid l'homme de justice».
C’est en ces termes que s’exprimait le juge Mohammed Anbar, président de Chambre à la Cour de cassation à Rabat et vice-président du Club des magistrats dans une interview accordée au site d’information Lakome.com. Et on est à se demander avec quelles composantes du secteur le ministre «militant» veut mettre en application la nouvelle réforme de la Justice. Bras de fer, retenues sur les salaires des grévistes, oppressions et actes irresponsables envers les revendications du personnel du département ne sont pas faits pour mettre en œuvre une véritable réforme. C’est le nouveau modèle de dialogue proposé par le PJD et son ministre de la Justice. C’est la seule règle de conduite de Benkirane & co. Et ce n’est certainement pas avec des tribunaux en panne et avec les violences et les abus contre les syndicalistes ainsi que la pratique de la politique de la fuite en avant qu’on installera la réforme de la justice. Ce ne sont pas ces pratiques qui permettront de mettre en place la  nouvelle réforme que les Marocaines et les Marocains veulent crédible, équitable, indépendante, forte, accessible et performante.
«Au début, nous étions enthousiastes avec l'arrivée de Ramid et nous l'avons soutenu avec force. (….) mais nous avons été déçus et choqués, parce que l'individu qui se plaignait hier, en tant qu’avocat, de la machine infernale qui broyait les citoyens, à savoir le ministère public, a commencé à la traiter de la même manière qu’auparavant. Concrètement, il pratique la sélectivité, terme qui provoque la colère de Ramid.
Nous avons des preuves dans plusieurs affaires», a déclaré, à notre confrère Lakome.com, le  président de Chambre à la Cour de cassation à Rabat et vice-président du Club des magistrats. La réforme de la justice ne peut se faire  avec ces pratiques, sinon les sessions régionales sur la réforme ne seront qu’un coup d’épée dans l’eau trouble de Ramid.  Tant que le débat n’implique pas toutes les composantes du secteur et toutes les tendances, toute initiative sera vaine.   

Kamal Mountassir
Mercredi 13 Février 2013

Lu 800 fois


1.Posté par abbas le 13/02/2013 18:30
bravo !
il y a encore des hommes courageux dans le pays.
Le phénomène de la décoloration est peut être du à l'amour d'écraser
son prochain, chez les méditerranéens

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs