Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La réaction du Maroc aux agissements de Ban Ki-moon est logique et naturelle

L’attitude du secrétaire général de l’ONU est incompatible avec les responsabilités et la mission qui lui incombent




Les responsables marocains poursuivent leur campagne d’information de l’opinion publique internationale et nationale des soubassements de la crise actuelle entre Rabat et le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon.
« Le Royaume du Maroc est en désaccord avec le  secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, et non pas avec l'Organisation des  Nations unies », a tenu à souligner le ministre des Affaires étrangères et de la  Coopération lors d'une conférence de presse jeudi dernier à New York et rapporté par MAP.
« Face aux dérapages répétés de Ban Ki-moon, lors de sa dernière visite  dans la région, et à ses agissements incompatibles avec les responsabilités et  la mission de secrétaire général qui l'astreignent à un devoir d'équidistance  et d'objectivité, il y a eu une réaction logique et naturelle de la part du  gouvernement du Maroc qui s'est vivement élevé contre ses dérapages », a indiqué le ministre  devant les représentants des médias accrédités à New York.
Le secrétaire général de l'Onu « cherche à orienter l'opinion publique  internationale et les membres du Conseil de sécurité sur la base de son affect  personnel », s'est indigné  le responsable marocain, en soulignant que le secrétaire général  des Nations unies n'a pas à exprimer de réactions personnelles de par la nature de sa fonction. « Pis encore, Ban Ki-moon cherche aussi à orienter la situation vers une confrontation entre le Maroc et l'Organisation des Nations unies pour justifier  l'injustifiable », a déploré le ministre.
La forfaiture de Ban Ki-moon divise le Conseil de sécurité
Face à cette situation inédite dans les annales des Nations unies et de la  fonction de secrétaire général de l'Onu, les deux chambres du Parlement se sont réunies en session extraordinaire, a-t-il rappelé,  ajoutant que dans ce même élan, pas moins de trois millions de citoyens marocains ont pris part à des manifestations pacifiques contre les déclarations « inadmissibles » du SG de l'Onu.
Suite à ces développements, a poursuivi Mezouar, « j'ai demandé, conformément aux Très Hautes instructions de Sa Majesté le Roi, une entrevue  avec le secrétaire général des Nations unies, que j'ai effectivement vu, lundi dernier, dans l'objectif de lui faire part de la vive condamnation du  gouvernement du Royaume du Maroc de ses agissements et de lui demander des clarifications à ses dérapages et à ses propos outrageux, qui blessent les  sentiments de l'ensemble du peuple marocain ».
« J'ai dans ce contexte pris contact avec la majorité des pays membres du Conseil de sécurité pour les informer de ces dérapages », a ajouté le ministre.
Il a également saisi l’occasion pour prendre à témoin la communauté  internationale et les membres du Conseil de sécurité au sujet des inepties et  des actions injustifiées de Ban Ki-moon, ajoutant que le Maroc, après avoir constaté l'obstination de ce dernier qui a refusé de présenter ses excuses et  retirer notamment le terme « occupation » qu'il a utilisé pour qualifier le  recouvrement par le Maroc de son intégrité territoriale, le Royaume a répondu à  travers « deux décisions essentielles à effet immédiat ».
Il a cité, à cet égard, « une réduction significative, dans les jours qui viennent, d'une grande partie de la composante civile et plus particulièrement  le segment politique de la Minurso », précisant qu'une liste avait été à ce  sujet adressée, mercredi, au secrétariat général de l'ONU.
La deuxième décision, a poursuivi le ministre, porte sur « l'annulation de la contribution volontaire qu'accorde le Maroc au fonctionnement de la Minurso qui s'élève à quelque trois millions de dollars ».
« Le retrait des contingents marocains engagés dans les opérations de  maintien de la paix faisait l'objet d'un examen », a-t-il rappelé, annonçant que « suite aux interventions de pays membres du Conseil de sécurité et des pays où  les FAR sont stationnées, qui ont unanimement salué les contingents marocains et leur grand professionnalisme, le Maroc a décidé de surseoir, à ce stade, à cette décision et de respecter ces réactions positives».  Mais il a « pris des décisions … irrévocables (...et . d'autres décisions sont à l'étude » , a-t-il précisé en substance.
Il n'est pas acceptable, a ajouté le ministre, que le SG de l'Onu fasse croire que le Maroc a manqué de respect pour les Nations unies en tant qu'institution.
Le ministre a rappelé l'engagement constant du Maroc en faveur des Nations unies et le sacrifice suprême consenti par les soldats marocains morts sous la  bannière de l'Onu pour défendre les idéaux de la Charte.
Le chef de la diplomatie marocaine  a, en outre, indiqué que la visite au Maroc du SG de l'ONU n'est  pas d'actualité « et ce suite au communiqué qu'il a diffusé après la réunion de lundi et étant donné que Ban Ki-moon n'a pas entrepris de geste qui va dans le  sens de l'apaisement ».
« En conclusion, le secrétaire général essaie de se présenter en victime, alors qu'il est seul responsable de l'exacerbation d'une situation qui était  calme dans la région », a-t-il insisté. Ses propos hasardeux et ses agissements irresponsables n'ont  fait qu'attiser la tension dans cette partie du monde qui n'en avait pas besoin, a regretté le ministre.
Après cette série de réactions fermes et  les mesures de rétorsion prises par le Royaume, une réunion du Conseil de sécurité devait se tenir vendredi soir pour débattre de la situation.
La veille, le Conseil avait exprimé, lors des consultations à huis clos qu’il a tenues, son inquiétude sans, toutefois  se mettre d'accord sur une position  commune.
Son président, l'ambassadeur angolais Ismael Gaspar  Martins, a précisé à ce propos que chaque membre du Conseil individuellement va dialoguer avec le Maroc pour  tenter de «stabiliser la situation» et de «la faire évoluer de manière  positive ».
Il n'a toutefois pas exprimé de soutien public au secrétaire général Ban  Ki-moon, ni enjoint Rabat de revenir sur sa décision de couper les vivres à la  Minurso et de déclarer persona non  grata l'essentiel de son personnel civil international, au risque de la  paralyser.
Au cours du débat, la France, l'Espagne, l'Egypte, le Japon ou le Sénégal  ont pris le parti de Rabat, ont indiqué des diplomates à l’AFP.
Le secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltma,  a averti le Conseil au début de la réunion que  les mesures de rétorsion marocaines «vont rendre (la Minurso) incapable de  remplir son mandat» tout en affirmant que si la mission est empêchée de fonctionner, cela  pourrait menacer la paix et la sécurité régionales.
 Toujours selon des diplomates, M. Feltman a souhaité «un retour à une  relation normale» avec Rabat.

S.T
Samedi 19 Mars 2016

Lu 1944 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs