Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La ratification du Protocole de Rome par les autorités marocaines est toujours d’actualité : Nouvel appel à l'abolition de la peine de mort




La ratification du Protocole de Rome par les autorités marocaines est toujours d’actualité : Nouvel appel à l'abolition de la peine de mort
«En 2011, l'évolution de la situation a confirmé la tendance générale en faveur de l'abolition de la peine de mort. Le nombre de pays qui ont eu recours à la peine capitale est inférieur à celui de l'an dernier et, de manière générale, des progrès ont été accomplis dans ce sens dans toutes les régions du monde. Le Maroc ne pouvant pas ramer contre le courant ne pratique plus cette atrocité depuis 1993». C'est ce qui découle de l'intervention de Mohammed Lemrissi, coordinateur général du Réseau marocain Euromed des ONG, lors d'une conférence tenue mercredi à Casablanca sous le thème : « La peine de mort est inhumaine ». Cette conférence organisée par ledit réseau et la Coalition marocaine pour l'abolition de la peine de mort, a été l'occasion pour les militants des droits de l'Homme de  renouveler leurs appels à abolir la peine capitale qu'ils considèrent comme une négation au droit à la vie. Cette conférence qui intervient dans le contexte de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la torture, vise à déclencher le débat au sein de la société marocaine concernant la peine capitale.
« La Coalition insiste sur le fait que le droit à la vie est sacré et considère que la peine de mort est une peine qui n'est pas répressive et représente un acte de mort prémédité au nom de la loi », a signalé M. Lemrissi.
Grâce aux dispositions de la nouvelle Constitution, les conditions nécessaires à l'abolition de cette peine sont enfin réunies, et les participants à cette conférence en sont convaincus. Mais les obstacles sont nombreux. Certains d'entre eux résident dans les « vestiges idéologiques de nature religieuse et sociétale », a indiqué Mohamed Houssaini Al Idrissi.  « Le plus grand obstacle que nous devrons franchir est toutefois politique, » a-t-il relevé. « Notre défi est désormais de continuer à insuffler une dynamique à la société, avec les acteurs des institutions publiques et les partis politiques, afin de garantir le respect des droits de l'Homme et du plus important d'entre eux, le droit à la vie. »
D'après M. Abdellah  Chefchaouni, membre de la coalition,  « il existe un réel manque de compréhension de la part du législateur marocain de l'abolition de la peine de mort. De plus, on constate une absence de sensibilisation à ce problème de la part des partis politiques, qui semblent indifférents à cette question ».
D'après Abdellah Al Malki, un ancien condamné à mort, "le Maroc a progressivement franchi toutes les étapes menant à l'abolition de la peine de mort, à commencer par sa suspension depuis 1993, puis la diminution du nombre des crimes passibles de la peine capitale, et enfin l'apparition du mécanisme du pardon. Plus rien, désormais, ne nous oblige à continuer à prononcer cette sanction, puisque nous disposons de peines alternatives."
Pour sa part, Abdelkrim El Manouzi, président de l'Association médicale de réhabilitation des victimes de la torture, a déclaré que «plus de 20.000 personnes sont actuellement enfermées à travers le monde dans les couloirs de la mort, parfois depuis des décennies. En 2010, au moins 527 détenus ont été exécutés dans 23 pays, par pendaison, fusillade, décapitation, lapidation ou injection et plus de 2.000 personnes ont été condamnées à la peine capitale, à l'issue de procès souvent iniques».
Selon lui, l‘histoire récente de la peine de mort est ainsi marquée par la quête croissante par la plupart des pays qui la pratiquent d’une méthode d’exécution propre, rapide et efficace.
« Dans certains pays, le choix du mode d’exécution peut encore être accompagné de l’intention d’infliger des souffrances au condamné. C’est le cas notamment de la lapidation, encore légale dans certains pays, en l’occurrence en Iran, en Afghanistan, au Soudan, au Yémen, mais qui n’est plus pratiquée qu’en Iran»  a-t-il poursuivi.
M. Manouzi a affirmé qu’en vertu des normes internationales, les condamnés à mort devraient jouir des mêmes droits que les autres prisonniers. Dans la réalité, leurs conditions de détention sont souvent beaucoup plus épouvantables que celles du reste de la population carcérale.
D’une manière générale, les intervenants ont unanimement appelé les autorités marocaines à adhérer au Protocole de Rome contre la peine de mort. Rappelons que cette peine a toujours existé au Maroc. Le Code pénal marocain prévoit la peine de mort par fusillade pour homicide aggravé, torture, vol à main armée, incendie criminel, trahison, désertion, et enfin attentat à la vie du Roi. La dernière exécution d’un condamné à mort a eu lieu sous le règne de S.M. Hassan II, en 1993.

MOHAMMED TALEB
Vendredi 29 Juin 2012

Lu 629 fois


1.Posté par le marocain le 29/06/2012 21:27
La peine de mort,
Il y a 2 peines de morts,mais laquelle qu'il faut supprimer?
Est ce que celle que l'assassin inflige à la vicime?
Est ce que celle que le Juge du Tribunal prononce contre l'assassin?
Un individu tué de sang froid(assassinat)une personne,laissant derrière elle une femme,des enfants,peut peut être en bas âge,des parents(père,mère)L'assassin est condamné à mort.C'est légal.(cette femme et ses enfants qui va les nourrir les protégés des aléas de la vide??????
Le condamné à mort a devant lui des organisations qui défendent son DROIT à la vie!
Et les orphelins,la veuve,les parents qui va leur assurer une défense pour le préjudice causé,hein.
Les responsables de ces ONG,ont ils un grain de pitié pour cette femme et ses enfants?
Dire que ces responsables nagent dans une eau très sale.Peut être qu'ils n'ont aucun sentiment de moralité envers cette famille.(J'ai eu un frère qui a été tué volontairement,laissant une femme,et 6 enfants.Heureusement ils sont grands,mais leur père a été tué froidement)
Messieurs les défenseurs des """ASSASSINS"" réfléchissez bien,car vous êtes responsables devant votre conscience,devant la famille du défunt,et la plus grave devant DIEU.
A vous de choisir le bon chemin,pour défendre une cause JUSTE.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs