Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La protection des patrimoines culturels nationaux en débat à Asilah




La protection des patrimoines culturels nationaux en débat à Asilah
La conservation et la réhabilitation des patrimoines culturels nationaux, qu'ils soient matériels ou immatériels, doivent être l'affaire de tous et non pas seulement des élites, ont insisté dernièrement à Asilah, les intervenants à la deuxième journée d'un colloque sur "Identité, diversité et sécurité culturelle".
Le rôle de la société civile et des populations locales, conjugué à celui des gouvernements et des élites intellectuelles, s'avère incontournable pour protéger ce patrimoine humain menacé de disparition dans certaines parties du monde, où il est exposé à la marginalisation et à la destruction méthodique lors des conflits armés, ont-ils estimé lors de cette rencontre organisée dans le cadre du 35ème Moussem culturel international d'Asilah.
En grand spécialiste du patrimoine culturel matériel et ancien ministre égyptien des antiquités, Zahi Hawass a jugé nécessaire que le débat sur la préservation du patrimoine sorte des salons feutrés et préconisé la mise en place de programmes de sensibilisation du grand public au rôle qui lui incombe en matière de sauvegarde et de valorisation de l'héritage culturel dont il est le dépositaire.
Dans le même ordre d'idées, Mounir Bouchenaki, conseiller spécial de la directrice générale de l’UNESCO, a prévenu que les monuments, les sites historiques et les musées sont devenus une cible privilégiée lors des guerres menées à travers le monde, plus encore que les bâtiments et les positions militaires névralgiques.
Dans son exposé intitulé "Patrimoine culturel immatériel et conflits armés", Annie Tohmé Tabet, professeur d'anthropologie à l'Université Saint Joseph au Liban, a relevé que "les œuvres immatérielles et les monuments représentant une valeur symbolique sont généralement visés par des actes belliqueux tels que l'endommagement, le vandalisme et le pillage".
Selon le secrétaire général de la Fondation du Forum d'Assilah, Mohamed Benaissa, il s'avère impératif d'associer la société civile, les collectivités locales et le secteur privé aux efforts pour la sauvegarde des patrimoines culturels nationaux, étant donné que les gouvernements ne peuvent faire cavalier seul en la matière en raison surtout de leurs ressources et marge de manœuvre limitées.

MAP
Vendredi 5 Juillet 2013

Lu 1620 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs