Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La prospection pétrolière creuse les dissensions aux Iles Canaries

Le risque environnemental attise la tension entre Repsol et les autorités locales




La prospection pétrolière creuse les dissensions aux Iles Canaries
La prospection pétrolière dans les Iles Canaries continue d’alimenter la tension entre les autorités de ces îles et Repsol.
Les autorités canariennes s’emploient inlassablement à stopper le projet qui aura, probablement, un impact négatif sur l’environnement, et partant, sur le tourisme qui constitue l’activité principale des Iles. La fin du mois passé, le Bulletin officiel de l’Etat espagnol a publié une étude d’impact des prospections pétrolières que compte mener Repsol  aux Iles Canaries (surtout Lanzarote et Fuerteventura) sur l’environnement. Cette publication a provoqué l’ire des autorités des îles qui se sont opposées dès le début à toute prospection. Elles sont tenues de présenter leurs contre-arguments dans un délai ne dépassant pas les 45 jours.
Dans ce sens, la presse espagnole a confirmé, la fin de la semaine dernière, qu’une équipe multidisciplinaire coordonnée par les Conseils de Lanzarote et de Fuerteventura, et le gouvernement des Iles Canaries, est en train de préparer un rapport pour répondre à l’étude d’impact environnemental des prospections pétrolières dans cette zone. De son côté, Repsol reconnaît dans son étude les risques du déversement du pétrole et des marrées noires qui peuvent atteindre les côtes de Lanzarote et Fuerteventura.
Face à ces dangers pour l’économie des Iles Canaries, les autorités se sont lancées dans une campagne d’information et de sensibilisation auprès des citoyens et des entités publiques et privées des Iles Canaries, en s’appuyant sur un rapport des experts que lesdites autorités comptent présenter au ministère de l’Environnement espagnol avant la fin du mois de septembre prochain. Les responsables politiques des Iles Canaries ont critiqué le timing de la publication d’étude d’impact. « Si Repsol, le Parti populaire et le ministère croient que la population ne se rendra pas compte de la publication de l’étude au mois d’août – période estivale oblige – et qu’elle restera indifférente, ils se trompent lourdement. Nous avons déjà une équipe qui travaille là-dessus, et nous allons faciliter l’accès aux documents à tous les habitants », martèle le président du Conseil de Fuerteventura.
Selon le quotidien espagnol « El Mundo », Repsol et la politique du ministre José Manuel Soria qui appuie inconditionnellement les prospections pétrolières, font partie du domaine public ces derniers mois pour les responsables de Lanzarote, Fuerteventura et le président du gouvernement des Iles Canaries, Paulino Rivero.

M.T
Mardi 13 Août 2013

Lu 1515 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs