Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La prolongation du mandat du Congrès suscite controverse et craintes en Libye

La classe politique divisée




La prolongation du mandat du Congrès suscite controverse et craintes en Libye
 
La décision du Congrès de prolonger son mandat alimente les tensions en Libye, les appels à manifester faisant craindre des débordements en pleine période de transition chaotique.
Elu en juillet 2012 lors des premières élections libres du pays après plus de quatre décennies de dictature de Mouammar Kadhafi, le Congrès général national (CGN) avait pour mission de préparer l'élection d'une Constituante et d'organiser des élections générales, dans un délai de 18 mois.
 Selon ce calendrier, prévu par une déclaration constitutionnelle, sorte de mini-Constitution provisoire qui régit la transition post-Kadhafi, son mandat devrait donc s'achever le 7 février.
 Mais le CGN a entériné lundi soir sa décision de prolonger son mandat jusqu'en décembre 2014, opérant des amendements constitutionnels, malgré l'opposition d'une grande partie de la population qui critique son incapacité à rétablir l'ordre et mettre fin à l'anarchie.
Le Congrès a aussi adopté une "feuille de route" prévoyant deux scénarios: des élections générales en fin d'année, si la Commission constitutionnelle (Constituante) arrive à adopter un projet de Loi fondamentale dans un délai de quatre mois après son élection, prévue le 20 février.
 Si la Constituante se déclare incapable de finir ses travaux 60 jours après son entrée en fonction, alors le "plan B" stipule que le CGN appellera aussitôt à des élections présidentielle et législatives en vue d'une nouvelle période de transition de 18 mois.
 Des organisations de la société civile et une partie de la classe politique ont à diverses reprises exprimé leur hostilité à toute idée de prolongation du mandat du CGN, et plusieurs manifestations ont déjà eu lieu dans différentes villes.
Un mouvement qui a adopté comme slogan "Non à la prolongation" a même été créé à Benghazi (est), avec des ramifications dans plusieurs villes, réclamant la dissolution du Congrès.
 Des manifestations sont prévues vendredi, suscitant la crainte de débordements, sur fond de surenchère entre groupes armés rivaux.
Ainsi la Cellule des opérations des révolutionnaires en Libye, une milice pro-islamiste officieusement sous la tutelle de l'armée, a apporté son appui "à la légitimité" du Congrès, tout comme les puissants groupes armés de Misrata (ouest) qui ont tenu à souligner que le "Congrès était une ligne rouge" à ne pas franchir.
 Leurs rivaux de la ville de Zenten, parmi les groupes armés les plus influents, assurent de leur côté qu'ils protègeront tout mouvement populaire contre le Congrès.

AFP
Vendredi 7 Février 2014

Lu 118 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs