Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La production cinématographique marocaine célébrée au Festival du film amazigh de New York




La production cinématographique amazighe du Maroc a été célébrée à travers la projection d'une myriade de films et de documentaires marocains dans le cadre de la 3ème édition du Festival du film amazigh de New York (NYFAF), tenu jeudi et vendredi à l’Université de LaGuardia.  Ce rendez-vous culturel, qui regroupe aussi bien les initiés, qui comptent parmi eux des professeurs, des anthropologues et des experts en la matière, que les profanes, dont des étudiants et des membres du grand public, rend hommage à la culture et à l’héritage amazighs dans la région du Maghreb et au-delà.
A cet égard, "Addour" (L'honneur), un long-métrage du cinéaste Ahmed Baidou, projeté vendredi, met en avant la farouche résistance que les Amazighs du sud du Maroc ont livrée à l’occupant français dans les années 1930. Il met la lumière, en particulier, sur des figures emblématiques de cette lutte, tel Zaid Ouhmad, l’un des résistants historiques de la région du Haut Atlas. 
Le festival a également projeté le court-métrage "Moul Pikala" du réalisateur Said Beli, qui raconte l’histoire d’un jeune homme tellement obsédé par sa bicyclette qu’il en parle à tout le monde, et qu’il n’imagine pas la vie sans elle. "Ce festival a pu voir le jour grâce à une bourse octroyée au Performer Arts Center de l’Université de LaGuardia", a expliqué Habiba Boumlik, fondatrice du NYFAF.
"C’est un festival qui a pour vocation d’informer le public, d’abord les étudiants, les professeurs, ensuite toute la communauté de New York sur ce sujet", a noté Mme Boumlik, rappelant que lors des deux premières éditions, le festival a projeté des films de réalisateurs marocains comme Kamal Hachkar et Ahmed Baidou, entre autres. “Nous encourageons aussi les jeunes cinéastes et producteurs à y participer”, a souligné cette professeure du Département de l’éducation et des langues. Elle s’est réjouie, à cet égard, d’une “production artistique amazighe formidable au Maroc”, saluant un “énorme progrès” dans ce domaine. 
Mme Boumlik s’est également félicitée de l’officialisation de la langue amazighe dans la Constitution de 2011. “C’est extraordinaire, car pour avancer, il est nécessaire d’avoir un regard sur le passé et mettre la lumière sur la part amazighe du Maroc pour s’enrichir davantage”, a-t-elle dit. C’est une opinion que partage avec elle la co-fondatrice du festival, Lucy McNair, qui estime que l’officialisation de l’amazigh contribuera à “préserver cette culture et cet héritage partagé”.  
“Ceci aidera aussi à financer la création culturelle, et permettra aux jeunes d’explorer cette partie de leur patrimoine”, a indiqué Mme McNair.

Libé
Lundi 8 Mai 2017

Lu 214 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs