Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La principale suspecte dans l’affaire des bonbonnes de gaz de Paris avait prêté allégeance à l'EI




La principale suspecte interpellée dans l'enquête sur la voiture remplie de bonbonnes de gaz retrouvée à Paris et qui, selon les autorités, préparait un attentat imminent, avait prêté allégeance aux jihadistes du groupe Etat islamique, a indiqué vendredi une source proche de l'enquête.
La jeune femme, âgée de 19 ans et interpellée jeudi soir avec deux complices, est la fille du propriétaire de la voiture retrouvée à Paris dimanche avec des bonbonnes de gaz. Elle a été blessée par balle après avoir poignardé un des policiers, venu l'arrêter à Boussy-Saint-Antoine, à 25 km au sud-est de Paris.
Agées de 39, 23 et 19 ans, les trois femmes "radicalisées, fanatisées", "préparaient vraisemblablement de nouvelles actions violentes et de surcroît imminentes", a déclaré jeudi soir à la presse le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.
Un message d'alerte sur un risque d'attentat dans les gares parisiennes et en banlieue avait été envoyé dans la journée aux policiers, a souligné une source policière, qui estime que le réseau, activé de l'étranger, préparait un attentat jeudi, jour de leur interpellation.
Les enquêteurs antiterroristes cherchent toujours à comprendre pourquoi une voiture aux feux de détresse allumés et sans plaques d'immatriculation a été garée dimanche matin en plein cœur du Paris touristique, à quelques centaines de mètres de la cathédrale Notre-Dame.
A l'intérieur de la voiture, cinq bonbonnes de gaz et trois bouteilles de gasoil, sans système de mise à feu, ont été retrouvées.
La découverte de cette voiture est prise très au sérieux dans le contexte de menaces d'attentats en France, après de multiples attaques jihadistes en 2015 et 2016.
Après les mitraillages, les attaques au couteau ou à la veste explosive, les services spécialisés craignent "une nouvelle forme d'attaque" avec "le dépôt d'engins explosifs" dans des lieux rassemblant une foule importante, a admis le patron des services de renseignements français Patrick Calvar en mai devant une Commission de l'Assemblée nationale.
Par ailleurs toujours dans le contexte terroriste, le détenu islamiste qui avait blessé, dimanche, deux surveillants de la prison d’Osny (région parisienne) a été mis en examen, jeudi, pour tentative d’assassinat terroriste, rapportent les médias français, citant une source judiciaire.
Agé de 24 ans, l’agresseur dénommé Bilal Tlaghi, a été mis en examen pour "tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a-t-on indiqué de même source.
Interné depuis trois mois, en unité de prévention de radicalisation, il avait agressé, dimanche, deux surveillants pénitentiaires avec une arme artisanale. Les surveillants ont été transportés à l’hôpital. L’un d’eux a été touché au thorax et à la gorge alors que son collègue a été blessé au bras.

 

Samedi 10 Septembre 2016

Lu 396 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs