Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La prière de l’Aïd organisée à Mellilia par le Conseil des oulémas de Nador

Comparution d’Ambrosio Martín Villaseñor devant la justice pour une affaire liée à l’émigration clandestine




La prière de l’Aïd organisée à Mellilia par le Conseil des oulémas de Nador
Le Conseil régional des oulémas à Nador et la Commission islamique de Mellilia organiseront ce dimanche la prière de l’Aïd Al Adha dans les 14 mosquées de ce préside occupé.
Cette décision a été critiquée par une autre association, à savoir l’Association religieuse musulmane dont le secrétaire général, Abderrahman Benyahya, a qualifié cette décision d’«ingérence illégale, arbitraire, injuste et irrespectueuse de l’ensemble des Melliliens», indique Europa Press. 
Benyahya a forcé la dose en voulant politiser à outrance l’affaire et en exhortant le ministère des Affaires étrangères espagnol à demander des explications au gouvernement marocain.
Pour sa part, le journal local « El Faro digital » a écrit vendredi 3 octobre 2014 que « la prière traditionnelle désunit les musulmans de Mellilia ». Il a expliqué que la Commission islamique du préside a installé des affiches à travers la ville annonçant l’horaire de cette prière en rappelant que « le problème émane, selon l’Association religieuse musulmane, du fait que cette prière sera organisée en collaboration avec le Conseil des oulémas de Nador ». 
A noter qu’en 2009, l’Aïd Al Adha est devenu une fête religieuse officielle non catholique à Mellilia après avoir été inclus dans le calendrier, et ce pour la première fois de l’histoire depuis l’expulsion des musulmans d’Andalousie en 1492. Par ailleurs, le colonel chef de la Guardia civil dans le préside occupé de Mellilia, Ambrosio Martín Villaseñor, a comparu vendredi devant la justice après avoir été dénoncé par trois ONG espagnoles (Andalucía Acoge, SOS Racismo et Prodein) pour avoir expulsé des migrants irréguliers vers le Maroc.
Ce haut gradé de la Guardia civil a été auditionné par Emilio Lamo de Espinosa, magistrat à la Cour de première instance de Mellilia, pour un délit réprimé par la loi, selon Europa Press.
Les faits remontent à la période allant du 18 juin au 13 août « quand un nombre indéterminé de migrants ont sauté la barrière et ont été remis immédiatement aux Forces auxiliaires marocaines sans appliquer préalablement les dispositions pertinentes  de la loi des étrangers ». 
Les vidéos diffusées par les ONG espagnoles montrent la remise à celles-ci de «plusieurs Subsahariens à travers la porte de service de la clôture sans préciser s’ils ont comparu préalablement ou non devant la Police nationale », comme l’exige la loi sur les étrangers.
Jusqu’ici, Ambrosio Martín Villaseñor a été soutenu par le ministère de l’Intérieur, la Direction générale de la Guardia civil et de la Police nationale, la Délégation du gouvernement à Mellilia, et le gouvernement local du préside occupé.  

M.T
Samedi 4 Octobre 2014

Lu 3540 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs