Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La première école de DJ’s au Maroc souffle sa troisième bougie : Funky Noise veut redorer l’image du “deejing”




La première école de DJ’s au Maroc souffle sa troisième bougie : Funky Noise veut redorer l’image du “deejing”
Qu’on les appelle les discs jockeys de leurs noms complets, ou encore les disquaires en version désuète, ce sont eux qui animent les plus grandes soirées du monde entier et qui contribuent au succès des représentations scéniques de bon nombre de groupes.
Art encore relativement méconnu au Maroc le « deejing » (comprenez les techniques de dj) commence néanmoins à percer dans le Royaume.
Ainsi à Casablanca, non loin du centre-ville, se trouve « Funky Noise » la première école de deejing du pays.Cette « Dj School » a été ouverte en 2006 à l’initiative de ses deux cofondateurs Dj Key et Dj Kamaz (respectivement Khalid Douache et Karim Ezzaki)  tous deux passionnés par leur métier et désireux de transmettre leur savoir.
Plusieurs types de formation sont proposés au public. La « classique » s’étend sur six mois et propose trois leçons d’une heure trente par semaine pour un tarif de 950 dirhams par mois. La formation accélérée, quant à elle, est destinée à ceux qui ont déjà touché au milieu du deejing et offre cinq jours de formation par semaine pendant trois mois pour un coût de 2000 dirhams. Sont également dispensées des formations vacancières ainsi que des formations spécialisées dans la musique « électro », car la demande s’oriente de plus en plus vers ce type de musique.
Dj Sim-H, de son vrai nom Mohamed Sguiry, est actuellement « moniteur » de deejing à Funky Noise. Rencontré par Libé, ce dernier déplore l’évolution de cette pratique dans le Royaume. « Avant, le deejing s’effectuait exclusivement par le biais de platines vinyles, ce qui demandait  beaucoup de temps et d’entraînement avant de devenir DJ. Aujourd’hui,  on mixe de plus en plus avec des CD et tout le monde s’improvise DJ à Casablanca ». Il ajoute encore que « le deejing, ce n’est pas seulement d’appuyer sur le bouton play pour lancer la musique c’est également des pratiques à maitriser telles que le mix, le scratching, ou encore le beat jungling. » En effet, pour les puristes du deejing, rien ne peut remplacer les techniques sur platines vinyles.

Suite page 15

Sofia Aliamet
Vendredi 18 Décembre 2009

Lu 2602 fois


1.Posté par najib le 13/12/2011 20:28
où se trouve cette école ?

2.Posté par mohamed mrabet le 10/11/2012 18:07 (depuis mobile)
Je veu etre un dj

3.Posté par dj khalid show le 02/06/2013 23:40
Bonjour Bref, je suis un DJ Mais je ne suis pas célèbre

4.Posté par mehdi le 22/10/2014 21:06
merci

5.Posté par J''aimerai bien faire des cours avec vous. L''école se trouve où le 14/05/2016 01:19 (depuis mobile)
J'aimerai faire des cours

6.Posté par mehdi le 13/06/2016 02:24

7.Posté par adil le 30/10/2016 14:15 (depuis mobile)
ou se trouve cette ecole

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs