Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La politique aujourd’hui


“Il faut découvrir l’erreur, et non la vérité”
Carlo Suarez



Quelle configuration présente le paysage politique au lendemain du 12 juin? Les dernières élections communales sont-elles une avancée dans le processus de l’édification d’un système politique moderne, c’est-à-dire fonctionnant selon des règles et des normes, transparentes, claires, publiques, établies dans le cadre d’un consensus social? Des observateurs ne manqueraient pas de rétorquer qu’il est un peu tôt pour se poser des questions de telle nature stratégique; le climat est encore sous tension et les échos qui parviennent du processus de constitution des bureaux sont chargés de bruit et de fureur…d’autres nous  reprocheraient de tirer la barre vers le haut quand toute l’échéance était réduite à des manœuvres de basse politique. Notre action publique est-elle alors irréductible à toute pensée rationnelle? Notre paysage politique est-il rétif à une approche théorique?   
Nous pensons que ces réticences n’ont pas lieu d’être et que par leur scepticisme, elles rejoignent les attitudes nihilistes qui ont marqué la campagne électorale préconisant le boycott et l’abstention. Ne pas voter, ne pas invoquer la réflexion raisonnée pour lire le réel de l’action publique sont les deux faces identiques de la même pièce. Des attitudes qui ne servent nullement le développement de la démocratie. C’est dans ce cadre que nous invitons à une lecture politique de la nouvelle séquence vécue dans le long processus de l’édification démocratique.
A lire la Une des journaux qui couvrent les différents épisodes des élections communales, on se rend rapidement compte que le spectacle n’est guère réjouissant. La farce le dispute au drame. Mais réduire tout le processus à ces seuls aspects “folkloriques” ne nous semble pas une attitude pertinente. Cela peut servir des visées sensationnelles médiatiques, à courte durée.  Au-delà du récit anecdotique, il faut convoquer des grilles de lecture adéquates s’inspirant des acquis des sciences sociales. D’une manière générale, ce n’est pas encore le cas.   Certains chroniqueurs, respectés et respectables, donnent, hélas, le mauvais exemple; ils profitent du climat délétère postélectoral pour livrer non pas un point de vue fondé sur une lecture argumentée mais des allégations relevant plus du règlement de compte et du service rendu. La lecture faite à ce propos des résultats de l’USFP par des observateurs dits indépendants sont révélatrices de l’énorme retard théorique et intellectuel dont souffre l’espace public. On assène des a priori et des opinions subjectives comme des vérités. Il y a une nouvelle doxa qui s’installe au sein de notre paysage intellectuel, celle des nouveaux médias; elle fait son programme sur la base du dénigrement intégral des partis politiques. C’est un jeu non seulement facile et gratuit mais dangereux pour le devenir de l’ensemble du système.

LMehdi Benomar
Vendredi 3 Juillet 2009

Lu 402 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs