Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La plus forte éruption solaire depuis 4 ans




Dimanche dernier, le Soleil a produit sa plus forte éruption depuis ses quatre dernières années. Libérant des particules chargées dans l’espace, le phénomène doit frapper la Terre dans la soirée.
Après plusieurs années d’accalmie, il semblerait bien que le Soleil se réveille. Le 13 février dernier, une intense éruption s’est en effet déclenchée à la surface de l’astre. De catégorie X, la plus forte sur l’échelle, celle-ci a été repérée le 15 février par le Solar Dynamics Observatory (SDO) de la Nasa qui a enregistré un flash de radiations ultraviolettes de grande intensité. Selon les observations, le phénomène serait localisé au niveau de la tache solaire numéro 1158. Peu visible la semaine dernière, celle-ci aurait atteint aux dernières mesures une taille de 100.000 kilomètres, soit 8 fois le diamètre de la Terre.
Si les éruptions solaires sont à l’origine des superbes aurores boréales, elles peuvent aussi causer de nombreuses perturbations sur notre planète. Et particulièrement lorsqu’elles sont aussi puissantes que dans le cas présent. En effet, les éruptions solaires sont déclenchées par une libération soudaine d’énergie magnétique stockée dans l’atmosphère de l’astre. Se manifestant par l’apparition de “flammes” à la surface du Soleil, cet événement génère de puissantes radiations ultraviolettes et rayons X qui en frappant la Terre, sont capables d’en perturber l’activité géomagnétique. En plus de ces rayonnements, le Soleil éjecte également dans l’espace des quantités massives de particules chargées. En entrant en contact avec l’atmosphère terrestre, protons et électrons sont alors susceptibles de causer de graves perturbations et d’affecter réseaux électriques, systèmes de communications et satellites. Ainsi en 1989, près de six millions de Québécois s’étaient retrouvés plongés dans le noir à la suite d’une éruption solaire.
D’après les premières estimations, les particules projetées à près de 900 kilomètres par seconde devaient normalement atteindre l’orbite terrestre cette nuit, permettant ainsi l’observation d’aurores boréales. Mais le nuage de particules qui a ralenti sa course doit finalement arriver ce soir voire demain dans la matinée. Ce qui pourrait perturber les télécoms dans les heures à venir.

Libé
Lundi 21 Février 2011

Lu 289 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs