Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La planification stratégique au cœur des politiques publiques




La planification stratégique  au cœur des politiques publiques
Depuis sa constitution, le mouvement Anfass s’est assigne une mission prospective avec comme horizon temporel 2030. Partant de ses valeurs fondatrices, le mouvement a présenté sa vision d’une politique fiscale efficace basée sur un pacte de citoyenneté et sur l’optimisation du potentiel de ressources pour l’Etat. Nous avons ensuite présenté notre vision pour les reformes des secteurs sociaux capitaux : l’éducation et la sante, comme nous avons présenté, dans le cadre de la reforme de la justice, un projet de loi de reforme de la grâce.
Comme suite aux précédentes contributions, nous livrons aujourd’hui notre réflexion sur la planification stratégique en relation avec la préparation de la loi organique des lois de finances.
 
Contexte
La Loi organique de la Loi des finances (LOLF) constitue le texte de référence en matière des finances publiques. Ce cadre de référence fixe les principes et règles à observer dans la préparation de la loi de finances et de son exécution. Historiquement, ce référentiel était purement technique et juridique et ne s’intéressait pas aux performances de la dépense publique.
Les récentes évolutions dans le domaine, introduisaient une gestion par objectif public mesurable, auquel des recettes publiques sont allouées. L’exemple en la matière est la LOLF en France votée en 2001, et qui définissait des missions publiques, au sein de chaque mission des projets qui ont des objectifs. Ainsi la dépense est mieux orientée vers des missions publiques clairement formulées et dont la gestion est mesurables. Le projet de la LOLF présenté par le gouvernement marocain, s’inspire beaucoup dans sa conception du cadre français : présenter la loi des finances par missions (généralement pluriannuelles), a chaque mission est attribue des objectifs.
A ce niveau, plusieurs remarques sont à relever :
-  Ni la LOLF ni les lois des finances annuelles, ne sont porteuses en elles mêmes de projets politiques, elles ne servent qu’a traduire techniquement des choix politiques.
- Les partis politiques marocains ne présentent pas de projets politiques mesurables, chiffrés lors des élections. Ce travail est relégué au 3ème rang après la formation de coalition et la distribution des maroquins ministériels.
-  Des plans sectoriels ont été définis a partir du début des années 2000 manquaient d’une vision globale et d’un fil conducteur les harmonisant, ce qui a réduit l’efficacité de ces projets. Même leur horizon temporel n’était pas identique, des politiques sectoriels qui visaient une échéance de 10 ans, d’autres de 5 ans. Ceci perdure malheureusement aujourd’hui malgré les mises en garde (Rapport de la fondation Abderrahim Bouabid « Le Maroc dispose-t-il d’une stratégie économique » ; Rapport du CESE sur les politiques sectorielles et le libre échange,… comme exemple).
- La régionalisation : Cette nouvelle dimension, s’ajoutera a toutes les contraintes de la planification stratégique, a prendre en considération, sinon et a l’instar de manque de cohérence des politiques sectorielles, une autre incohérence territoriale s’ajoutera.
- Certains  grands projets structurants échappent à toute planification gouvernementale. Les engagements de l’Etat dans ces projets les rendent prioritaires dans la préparation des lois de finances, sans que cela soit intégré, politiquement parlant, dans le programme initial du gouvernement et de sa majorité.
 
Planification stratégique 
au cœur des politiques 
publiques.
Philosophie.
Nous pensons que le retour a la planification quinquennale, sous une forme modernisée, constitue le cadre institutionnel nécessaire pour un véritable décollage socioéconomique. Il est à noter que la planification, ne veut pas entendre le retour à une économie planifiée ou l’Etat décide de ce que l’économie doit produire. La planification renvoie surtout a l’aspect stratégique d’aborder certains sujet, d’une manière cohérente. Il est intéressant aussi de proposer une nouvelle identité à la  planification  pour éviter toute confusion.
Ainsi, notre proposition s’articule sur 4 axes majeurs :
- Institution indépendante du plan : Il est important d’installer une institution centrale chargée du plan. Cette institution regrouperait les établissements charges aujourd’hui des statistiques, du plan, des budgets, ¡K, aura comme missions : études stratégiques, préparations des scenarii futurs par secteur et par région, l’évaluation des objectifs des politiques publiques. Elle serait composée d’agents experts de l’administration, de représentants de partis et de la société civile, d’universitaires, ¡K et mériterait d’être constitutionnalisée pour garantir son indépendance vis-à-vis de tous les détenteurs de pouvoir et de son objectivité. Cette institution aura un rôle consultatif et ne disposera d’aucun pouvoir, à l’instar des autres institutions de gouvernance.
- Les partis politiques, les ONG, le parlement, le gouvernement, les régions pourront saisir l’institution du plan et commanditer des études pour préparer des politiques publiques et des projets politiques. Typiquement, les partis disposeront de ses études, données, scenarii, ¡K pour préparer les programmes électoraux des législatives.
- Le programme gouvernemental ¡V cadre de planification quinquennale : Une fois la coalition constitue, le programme gouvernemental sera élaboré en fonction des tractations. Ce programme devra être vote pour devenir le cadre de référence, pour le quinquennat, en termes de lois de finances. Les lois de finances annuelles en deviendront corolaires et serviront à apporter les réglages en cours de route pour les objectifs du programme gouvernemental.
- Evaluation des politiques publiques : périodiquement (annuellement, mi-mandat, ¡K) l’instance du plan sera saisie (par le gouvernement, le parlement, les partis, ONG) pour fournir  les statistiques de réalisation des objectifs assignes dans les politiques publiques.
 
Du plan a la LOLF
Le plan adopte doit prévoir les moyens nécessaires a sa réalisation. La commission chargee de son elaboration propose les estimations de concretisation et même les schémas de financement. La LOLF peut proposer d’intégrer directement dans chaque loi de finances les budgets annuels correspondant à la réalisation des objectifs du plan stratégique. Ainsi, les débats budgétaires sur les sujets stratégiques seront concentres surtout sur des réévaluations ou de suivi de consommation des budgets décides auparavant, sans pour autant remettre en cause les objectifs même, déjà décides.
Nous saisissons l’occasion de la présentation de la LOLF pour présenter notre contribution autour d’un sujet qui dépasse le cadre purement technique de la LOLF. Car nous sommes convaincus, qu’au-delà d’un réaménagement de la présentation de la loi des finances, qui par ailleurs un vecteur de modernité, le débat peut se situer même dans la conception, le suivi et l’évaluation des politiques publiques.
Le constat sur l’insuffisance de convergence et de cohérence des politiques publiques a été réalise a plusieurs reprises et par différents instances, et qui ont démontre qu’en l’absence d’un fil conducteur le Maroc perd des points de croissance.
Les quatre axes d’un premier exercice de planification que nous avons proposés constituent pour notre mouvement un appel à débattre et d’échanger sur le sujet de planification stratégique d’une façon générale et les thématiques proposées en particulier. Nous croyons vivement que la planification stratégique est au cœur d’un processus de développement socio-économique et nous appelons à la création d’une institution au service de la nation. 

Mouvement Anfass démocratique
Lundi 30 Juin 2014

Lu 913 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs