Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La piste de l’eau liquide sur Mars écartée par des chercheurs




C’est de la glace carbonique, et non des écoulements d’eau liquide, qui serait responsable des intrigantes ravines observées sur les pentes de Mars, affirment des chercheurs. Inutile donc d’espérer, selon eux, y trouver d’éventuelles formes de vie sur la Planète rouge.
Publiée lundi dans la revue Nature Geoscience, cette étude française ne contredit pas les annonces spectaculaires de la Nasa fin septembre, selon lesquelles de l’eau liquide, sous forme de “ruisseaux de saumure”, coulerait par moment dans certaines régions de Mars.
“Notre étude n’a pas de lien” avec les découvertes de la Nasa, précise à l’AFP l’un de ses auteurs, l’astrophysicien Cédric Pilorget.
Les ravines qui ont été étudiées par les chercheurs français, sont généralement présentes aux moyennes latitudes de Mars, sur les pentes froides, orientées vers les pôles jusqu’à 30 degrés de latitude. Les annonces de la Nasa portaient sur des traces sombres que l’on trouve sous les tropiques durant l’été, sur les pentes les plus chaudes de Mars.
Depuis les années 2000, les satellites en orbite autour de Mars ont envoyé des images montrant la présence de chenaux et d’écoulements de débris, qui font penser à ceux créés sur Terre par l’action de l’eau sur les pentes, par exemple en montagne. La formation de ces ravines semble récente au regard de l’âge du système solaire.
A l’époque, cela a “relancé l’idée que des quantités non négligeables d’eau liquide, potentiellement propice à une forme de vie, pouvaient se former sur la planète Mars aujourd’hui”, rappelle le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) français dans un communiqué.
Mais récemment, des images de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter ont commencé à remettre en cause le rôle de l’eau liquide dans la genèse des ravines.
Elles ont montré que de nouveaux chenaux se formaient à des saisons où les températures étaient beaucoup trop basses pour que de l’eau, même salée, puisse former un écoulement liquide. “A -135 degrés Celsius, c’est impossible”, déclare à l’AFP François Forget, chercheur CNRS au Laboratoire de météorologie dynamique (LMD).
En revanche, l’apparition des chenaux semblait se produire lorsque de la glace carbonique, qui se formait l’hiver par la condensation du CO2 (principal composant de l’atmosphère martienne), était présente sur le sol de la planète.
“Nous avons créé un simulateur numérique de l’environnement sur différentes pentes de la planète Mars, prenant en compte notamment les échanges thermiques et les échanges gazeux”, explique M. Forget. “Cela nous a permis d’établir un scénario crédible” selon lequel les ravines sont créées par la glace carbonique (CO2, dioxyde de carbone), ajoute-t-il.
 Au printemps, les rayons du Soleil passent au travers de la couche de glace carbonique translucide et la chauffent par la base. Cette glace se sublime et se transforme directement en gaz, soulignent les chercheurs.

Mercredi 30 Décembre 2015

Lu 769 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs