Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La pilule pourrait réduire la fertilité




La pilule pourrait réduire la fertilité
Les contraceptifs oraux auraient un effet négatif mais temporaire sur la réserve ovarienne, donc la fertilité des femmes d’après les résultats d’une étude présentée au congrès annuel de la European Society of Human Reproduction and Embryology (ESHRE).
Les chercheurs de l’hôpital universitaire de Copenhague ont voulu établir les effets des contraceptifs oraux sur la réserve ovarienne, un élément déterminant de la fertilité.
Les femmes ont un stock d’ovocytes défini et non renouvelable. C’est de cette réserve ovarienne que dépend la fertilité. S’il n’est pas possible de quantifier ce stock dans sa totalité, on peut en revanche estimer le nombre d’ovocytes présents dans les ovaires, à un moment donné. C’est cette information que l’on nomme réserve ovarienne.
Pour l’évaluer, on mesure les taux d’hormone de régression mullérienne dans le sang (AMH) et le nombre de follicules présents dans les ovaires.
Le professeur Birch Peterson et ses collègues ont donc réalisé ces mesures sur 833 femmes, âgées de 19 à 46 ans. Les scientifiques ont découvert que les femmes qui prenaient un contraceptif oral voyaient leur nombre de follicules ovariens baisser de 16% et leurs taux d’hormone AMH (présente dans les cellules des ovaires, cette hormone contrôle le développement des follicules dans les ovaires) reculer de 19%. Plus le taux de cette hormone est élevé, plus la réponse à la stimulation ovarienne est bonne.
Les chercheurs ont aussi constaté que les femmes qui prenaient la pilule avaient des ovaires entre 29 et 52% plus petits que les autres femmes, surtout chez les volontaires les plus jeunes, celles âgées de 19 à 30 ans.
 «Nous pensions trouver un effet produit, par la pilule. Mais pendant le projet nous avons été surpris par l’effet quantifié sur les paramètres de réserve ovarienne», explique le professeur Katherine Birch Petersen.
 «D’autres études sont nécessaires pour établir les phases de récupération de la réserve ovarienne après l’arrêt de la pilule», rappelle la chercheuse. «Mais les femmes qui prennent la pilule ne doivent se fier aux deux mesures réalisées pendant leur prise de contraceptif mais doivent renouveler ces tests trois mois après avoir arrêté leur traitement afin de vérifier leur potentiel de fécondité à ce moment-là», conseille le professeur Birch Peterson. 

Topsanté.com
Lundi 14 Juillet 2014

Lu 249 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs