Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La perpétuité réelle, violation des droits de l’Homme en Europe

Le Royaume-Uni mis sur la sellette




La perpétuité réelle, violation des droits de l’Homme en Europe
La réclusion à perpétuité constitue une violation des droits de la personne humaine si elle n’offre au détenu aucun espoir de sortie, a affirmé mardi la Cour européenne des droits de l’Homme dans un arrêt concernant le Royaume-Uni.
La grande chambre de la Cour, dont les arrêts sont définitifs, a condamné Londres pour traitements inhumains et dégradants à l’encontre de trois détenus britanniques, tous condamnés à une telle peine pour des meurtres pouvant passer pour particulièrement odieux.
Depuis une nouvelle loi datant de 2003, seul le ministre de la Justice peut ordonner leur élargissement pour des motifs exclusivement humanitaires, tels qu’une maladie grave en phase terminale.
«Pour qu’une peine de perpétuité demeure compatible avec l’article 3 (de la Convention européenne des droits de l’Homme, qui interdit les traitements inhumains et dégradants), il doit exister tant une possibilité d’élargissement qu’une possibilité de réexamen», affirment les juges de Strasbourg par seize voix contre une.
Tout en précisant que «c’est aux autorités nationales de décider à quel moment ce réexamen doit avoir lieu», ils soulignent que le droit comparé montre «une nette tendance en faveur d’un mécanisme garantissant un réexamen vingt-cinq ans au plus tard après l’imposition de la peine perpétuelle». C’est la première fois que la juridiction du Conseil de l’Europe précise avec une telle netteté une jurisprudence sur laquelle elle avait semblé récemment hésiter.
Dans un arrêt de première instance rendu sur cette même affaire le 17 janvier 2012, une chambre de sept juges avait conclu, par quatre voix contre trois, à la non violation de l’article 3.
Le 10 avril de la même année, la Cour avait autorisé Londres à extrader vers les Etats-Unis cinq islamistes radicaux, dont l’imam londonien Abou Hamza Masri, bien qu’ils y encourent la réclusion à perpétuité sans aménagement de peine possible.

Reuters
Mercredi 10 Juillet 2013

Lu 92 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs