Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La pêche de nuit à l’aide de lumières artificielles menace les richesses halieutiques : Les pêcheurs du Nord tirent la sonnette d’alarme




La pêche de nuit à l’aide de lumières artificielles menace les richesses halieutiques : Les pêcheurs du Nord tirent la sonnette d’alarme
A Larache, le port de pêche reprend progressivement vie et les centaines de barques immobilisées depuis un mois ont commencé à quitter, tour à tour, les quais, annonçant ainsi la fin de la grève ouverte observée depuis une trentaine de jours par les armateurs et les marins de la ville. La décision a été prise après évaluation de l’impact socioéconomique de la grève sur la ville et suite à une réunion tenue le 6 mai au ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime. Les propos rassurants de Zakia Driouch, directrice du département de la Pêche maritime, ont fini par calmer les esprits des protestataires en débrayage contre  l’utilisation de lumières artificielles dans la pêche de nuit par certains professionnels.   
En effet, ce problème se pose avec acuité et en des termes graves car, selon eux, c’est toute la richesse halieutique des eaux territoriales marocaines de la mer Méditerranée qui est menacée. Notamment celle de la zone allant du sud de Cap Spartel jusqu’à Oued Khmiss (Tanger).
« La région subit une attaque sans précédent. L’évolution du nombre de débarquements utilisant la technique de la pêche à l’aide de lumières artificielles est inquiétante voire alarmante. Ce sont des centaines d’unités de pêche, qui opèrent à partir de huit ports de la région», a précisé Noureddine, professionnel de la pêche artisanale à Tanger.
Les grévistes estiment que l’utilisation de ce genre de techniques, notamment les rayons laser, porte préjudice aux richesses halieutiques de la région et menace certaines espèces de disparition. « Les rayons laser balaient le fond de la mer et atteignent directement leur cible. D’où leur dangerosité puisqu’ils visent également les œufs de poissons et du coup, ils anéantissent toute chance de reproduction», regrette Mohammed Benhssine,  professionnel à oued Laou. La dangerosité de cette technique provient également, ajoute-t-il, des effets néfastes des ondes de radars provenant de ces braques à l’arrêt pendant de longues heures au-dessus des bancs d’œufs de poissons. En conséquence, les poissons sont déjà largement surexploités et les stocks disponibles sont en baisse.
Pire, les espèces capturées ont une croissance relativement lente et ne se reproduisent  qu’après plusieurs  années.
Cependant, le ras-le-bol des professionnels du secteur ne date pas d’aujourd’hui. Il remonte à 2003. Pourtant, rien n’a été fait malgré les nombreuses plaintes qui ont été adressées au ministère de tutelle et les nombreux conflits déclenchés entre les pêcheurs eux-mêmes à cause de ce sujet.  
Et que fait le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime ? Rien, il se contente de multiplier des réunions avec les professionnels du secteur sans grand résultat, note Noureddine, ajoutant que le département de tutelle manque de volonté et de courage pour prendre ce problème à bras-le-corps.
A ce propos, il estime que le décret n° 2-59-0075 du 16 Moharram 1382 (19 juin 1962) relatif à l'exercice  de la pêche à la lumière artificielle (pêche au feu) dans les eaux territoriales du Maroc en mer Méditerranée est dépassé et qu’il faut l’actualiser. 
Ainsi, il stipule que la pêche à la lumière artificielle peut être pratiquée durant toute l'année,  de 21H00 à 4H00 l’été et 20H00 à 5H00 l’hiver, par équipes composées d'un nombre indéterminé de bateaux et de barques munies de lampes électriques dont le nombre ne peut être  supérieur à  trois et l’intensité à 27.000 bougies ; lesquelles ne doivent être allumées que sur les lieux de pêche et  ne peuvent avoir une portée supérieure à soixante mètres, au maximum, à partir de l'embarcation qui mène le  filet.
Ce décret a occulté le fait que les méthodes de pêche se sont largement améliorées et que les bateaux de pêche sont devenus aujourd'hui des engins sophistiqués dotés d’appareillages mécaniques et électroniques de plus en plus pointus pour la pêche et le  repérage des bancs de poissons.
Pourtant, le problème des pêcheurs de Larache n’est que la partie visible de l’iceberg.  Les massacres écologiques commis le long des côtes littorales en disent long sur la menace qui les guette.    Il suffit de se promener en bord de mer lorsque  la marée est basse pour s’en  rendre compte. De nombreuses personnes utilisent de l’eau de javel pour obliger le poulpe à sortir de sa cachette sous l’effet nocif de ce produit. D’autres versent de l’acide pour  faire sortir les vers marins  utilisés comme appât. Idem pour ces femmes qui arrachent les anémones marines, ou pour celles qui ramassent le concombre marin et d’autres qui s’attaquent aux oursins. La liste est longue. Tellement longue que seuls les spécialistes en écologie marine  sont habilités à en juger de la gravité du phénomène.

Hassan Bentaleb
Mardi 10 Mai 2011

Lu 700 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs