Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La partie de cache-cache ne réussit pas à Ramid



Le ministre de la Justice interpellé à Lksar et Agadir



La partie de cache-cache ne réussit pas à Ramid
La dernière trouvaille signée Ramid : il fait de son mieux pour tenir secrètes les dates de ses activités surtout quand il s’agit de la tenue de sessions concernant sa fameuse réforme et autre inauguration de quelques locaux dépendant de son département. Le but, quoiqu’inavoué, est de prendre de court les myriades de protestataires parmi tout un personnel de la justice désabusé. Ils l’attendaient à Agadir, mais c’est du côté de la ville de Ksar Lakbir qu’il surgit. Sauf que cela ne peut marcher avec un personnel aussi avisé et surtout bien déçu par la gestion trop approximative.
Rien ne va plus entre le Syndicat démocratique de la justice (SDJ) et Mustapha Ramid. La situation ne cesse d’empirer et la tension monte crescendo, créant ainsi un climat malsain dont personne ne pourrait  prévoir l’issue. C’est ce que nous a déclaré Abdessadek Saaidi, secrétaire général du SDJ.
Décidé plus que jamais à poursuivre  son action militante pour défendre corps et âme les intérêts des milliers de fonctionnaires du secrétariat greffe de la justice, le SDJ vient d’appeler ses militants à répondre présent et massivement au sit-in de protestation qui aura lieu à Agadir en marge de la session initiée par  la Haute instance chargée du dialogue national.
Concernant l’inauguration du nouveau siège du tribunal de première instance de Ksar Lakbir par Mustapha Ramid, Fakhreddine Benhaddou, membre du bureau national du SDJ, nous a souligné qu’un accueil fort déplaisant a été réservé au ministre. Les protestataires venus très nombreux, des ONG, de simples citoyens, portant des banderoles lui ont fait signifier qu’il n’était pas le bienvenu, lui qui a  pris la décision de ponctionner indûment les salaires des greffières et greffiers violant ainsi la loi qu’il est censé respecter et défendre.  
Par ailleurs, « la décision irréfléchie du ministère de boycotter les activités de notre syndicat, l’un des plus représentatifs, est une première dans les annales de l’action syndicale et dangereuse dans la mesure où elle recommande au SDJ de se désolidariser des militants sahraouis qui avaient exprimé leur mécontentement et dénoncé les décisions du ministre de la Justice lors de sa tournée dans les provinces du Sud », a tenu à rappeler Abdessadek Saaidi.
A noter qu’une  session du conseil national du SDJ aura lieu  aujourd’hui dans la ville de Laâyoune, et ce pour débattre de la situation et du programme militant en vue de faire face toutes les tentatives de Mustapha Ramid  visant à affaiblir le syndicat le plus représentatif dans le secteur.

La partie de cache-cache ne réussit pas à Ramid


Larbi Bouhamida
Jeudi 10 Janvier 2013

Lu 559 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs