Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“La nuit entr’ouverte” de Tala Hadid, Grand Prix du FNF

Le premier long métrage de la réalisatrice maroco-irakienne a également remporté le Prix de la critique




“La nuit entr’ouverte” de Tala Hadid, Grand Prix du FNF
Le Grand Prix du 16ème Festival national du film, qui a pris fin samedi dernier à Tanger, a été décerné à la réalisatrice maroco-irakienne, Tala Hadid, pour son premier long métrage  «La nuit entr’ouverte » qui a également été couronné par le Prix de la critique. «Les poissons du désert» de Alla Eddine Eljam a, pour sa part, été sacré dans la catégorie du court-métrage. Quant au Prix du jury, il n’a pas été décerné cette année. « La 16ème édition du FNF a certes permis de constater l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes marocains, mais la qualité n’était pas au rendez-vous », explique l’écrivain Mohamed Berrada, président du jury long métrage. 
«Je suis très heureuse et sincèrement émue», a fait savoir Tala Hadid, en marge de la cérémonie de clôture du FNF. «Cette consécration pour mon premier long métrage constitue, pour moi, une réelle motivation pour continuer sur ma lancée et poursuivre ma carrière cinématographique » a-t-elle ajouté, tout en précisant que « bien que mon film ait été projeté dans de  nombreux pays et festivals, le présenter au Maroc devant le public de mon pays  revêt à mes yeux une importance toute particulière».
Dans «La nuit entr’ouverte », la jeune réalisatrice met en scène, avec un regard poétique, la souffrance humaine, à travers des personnages perdus au milieu du mal, des guerres et des ruines. Outre Aicha, jeune orpheline retrouvée seule au milieu d’une forêt du centre  du Maroc et enlevée par Abbas, un délinquant minable et son amie Nadia, pour  être vendue, le film raconte l’histoire de Zakaria, un écrivain maroco-irakien, qui a tout quitté notamment sa bien-aimée française, Judith, pour partir à la recherche de son frère disparu. Alors qu’Aicha, arrive à s’en sortir à la faveur de son courage et de sa  ferme volonté de vivre heureuse et en paix, Zakaria découvrira, à l’issue d’un  périple qui le conduira en Turquie, au Kurdistan et en Irak, une vérité  douloureuse et choquante sur son frère. Les destins de ces personnages, que tout oppose, vont se croiser, pour  donner lieu à des situations humaines où chacun d’eux va essayer d’oublier sa douleur et sa souffrance. 
«Mon film est une œuvre cinématographique, subtile et émouvante qui invite à réfléchir et non seulement à consommer des images », explique Tala Hadid.  «Les indices sont là mais ils ne sont pas nécessairement captés dès la première fois. L’intrigue du film est ouverte à toutes les interprétations»,  souligne-t-elle.
Ecrit par la réalisatrice elle-même, «La Nuit entr’ouverte» compte parmi ses  producteurs, l’acteur et réalisateur américain Danny Glover. Côté casting, Tala Hadid a fait appel à Fadwa Boujouane, Majdouline Idrissi  et des comédiens affirmés de nationalités différentes tels l’Anglo-Egyptien  Khalid Abdalla, la Franco-Canadienne Marie-Josée Croze et l’Algérien Hocine  Choutri.
Il est, par ailleurs, à rappeler que Tala Hadid est née à Londres et diplômé de l’Université Columbia de New York. Avant de mettre le cap sur le long métrage, elle a réalisé plusieurs courts métrages, dont «Tes cheveux noirs Ihsan», qui a reçu un « Student Academy Award» et remporté le Prix «Panorama du meilleur court métrage» à Berlin. Elle a également réalisé plusieurs documentaires, notamment  «Sacred Poet», consacré au réalisateur Pier Paolo Pasolini. 
La jeune réalisatrice est, également, écrivain et photographe. Son travail est exposé au Museum of Modern Art de New York, à l’Institut du monde arabe de Paris, au Goteborg Kunsthalle en Suède, au Goethe Institute du Caire et à La Cinémathèque française de Paris, entre autres.
 

Palmarès


Long métrage
Grand Prix : “La Nuit entr’ouverte”  de la réalisatrice Tala Hadid.
Prix de la meilleur œuvre : “Karyan Bollywood” de Yassine Fennane
Prix de la réalisation : “L’orchestre  des aveugles” de Mohamed Mouftakir,
Prix de la musique : “L’orchestre  des aveugles”
Prix de l’image : “Aida”  de Driss Mrini
Prix du montage : “Aida”  
Prix du scénario : “La moitié du ciel” d’Abelkader Lagtaâ
Prix du son : “Chaibia” de Youssef Britel
Prix du premier rôle masculin : Aziz Dadass (Dallas)
Prix du premier rôle féminin : Amal Al Atrach (Dallas)
Prix du deuxième rôle masculin : Adil Aba Tourab (Karyan Bollywood)
Prix du deuxième rôle féminin : Houda Rihani (Aida)
Court métrage
Grand Prix : “Les  poissons du désert” d’Alaa Eddine Aljem
Prix du scénario : “Les  poissons du désert” 
Prix spécial du jury : “Le  voyage dans la boite” d’Amine Sabir



 

Mehdi Ouassat
Lundi 2 Mars 2015

Lu 1301 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs