Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La nouvelle direction de l’Istiqlal se réunit autour d’un déjeuner chez Hamdi Ould Rchid : 90% des membres de l’instance exécutive sont sur la liste proposée par Chabat




La nouvelle direction de l’Istiqlal se réunit autour d’un déjeuner chez Hamdi Ould Rchid : 90% des membres de l’instance exécutive sont sur la liste proposée par Chabat
C’est hier mardi 25 septembre que la nouvelle instance exécutive de l’Istiqlal a tenu sa toute première rencontre avec en guest star et dans ses habits neufs de leader,  Hamid Chabat. Une réunion présentée comme « une première prise de contact entre la nouvelle équipe dirigeante » du plus vieux parti marocain et qualifiée volontiers de « conviviale » et qui  a pris la forme d’un déjeuner au domicile de Hamdi Ould Rchid, une figure istiqlalienne du Sahara.
Quelques heures plus tôt, en fin d’après-midi du lundi 24 septembre, les noms des membres du comité exécutif, élus au petit matin de ce même jour, ont été proclamés après un décompte des voix qui a duré toute la journée. Les membres du conseil national devaient faire leur choix sur une liste générale composée de 78 candidats, une liste des femmes contenant 17 candidates et enfin une liste des jeunes qui en compte 14.
La nouvelle instance exécutive de l’Istiqlal porte-t-elle les prémices du changement d’une formation politique qui a longtemps fonctionné en zaouia,  qui a souvent donné l’impression de privilégier le poids des familles à l’action militante ? « C’est en tout cas une bonne équipe qui a été élue à la direction. Une équipe homogène, avec un dosage entre les anciens et les nouveaux qui font leur entrée au comité exécutif ! », s’exclame cet ancien du comité exécutif que les militants du conseil national ont reconduit.  
En fait 60% des 29 membres de la direction de l’Istiqlal siègent pour la première fois au sein du cercle très fermé du comité exécutif.  12 « anciens » ont retrouvé leur fauteuil dans la grande salle qui abrite les réunions hebdomadaires du CE. Parmi eux, cinq anciens ministres, Yasmina Baddou, Adil Douiri, Karim Ghellab, Taoufiq Hjira et Bouamar Tighouane. L’ancienne ministre de la Santé et l’ex-ministre du Tourisme ont fait campagne pour Hamid Chabat tout en participant activement à l’élaboration de son programme de secrétaire général. L’on notera également la réélection de Mohamed Ansari, le président du groupe parlementaire istiqlalien à la Chambre des conseillers, celle d’Abdallah Bekkali, le député de Larache et rédacteur en chef d’Al Alam ou encore celle de Kihel, le patron de la jeunesse istiqlalienne, un organe du parti qui avait pris fait et cause pour H. Chabat.  Si l’inspecteur général du parti, Mohamed Soussi, a été reconduit au sein de l’instance exécutive, sa réélection a été toutefois difficile au regard de son classement. « Cela constitue un message clair. Les militants veulent en découdre avec les anciennes méthodes », commente ce parlementaire du parti de la Balance.
Six  femmes –soit trois de plus que lors du dernier comité exécutif-  font partie de la nouvelle direction. Des militantes qui siègeront aux côtés de 4 candidats élus sur la liste des jeunes.

Abdessamad Qayouh, le seul ministre du comité exécutif
Un ministre  en exercice et un seul siège a été élu au comité exécutif, Abdessamad Qayouh, en charge de  l’Artisanat dans le gouvernement Benkirane.
Et pour la première fois de l’histoire de l’Istiqlal, deux responsables de l’UGTM, membres du bureau exécutif de cette centrale syndicale- MM. Himmer et Lebbar- sont membres du comité exécutif. « 90% des membres du nouveau comité exécutif étaient en fait sur la liste défendue par Hamid Chabat. Une liste qu’il allait d’ailleurs présenter même s’il n’avait pas été élu secrétaire général », nous confie un Istiqlalien en vue.
A l’ouverture de la séance consacrée à l’élection des membres du comité exécutif, Hamid Chabat, celui-là même qui vient d’être élu secrétaire général du parti, a annoncé la couleur. Il traitera, dira-t-il en s’adressant aux militants du conseil national, « l’ensemble des Istiqlaliens sur un pied d’égalité sans distinction de nom ou d’appartenance familiale (…)La compétence est ce qui permettra à chacun d’occuper tel ou tel poste, sans clientélisme, népotisme ou favoritisme ».  Cela augure-t-il d’un remaniement ministériel qui ne concernerait que les ministres istiqlaliens ? «Notre priorité aujourd’hui est la réorganisation du parti. C’est une urgence absolue. Quant au remaniement ministériel, il faut savoir que c’est le conseil national qui est la seule instance habilitée à en décider. Ce n’est pas à l’ordre du jour aujourd’hui. Mais rien n’exclut que cela le soit dans six mois », conclut ce fidèle de Hamid Chabat.

Narjis Rerhaye
Mercredi 26 Septembre 2012

Lu 884 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs