Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La note de la DEPF sonne comme un S.O.S : Le projet de loi de Finances est mal parti




La note de la DEPF sonne comme un S.O.S : Le projet de loi de Finances est mal parti
La situation n’est certes pas désespérée, mais les principaux indicateurs économiques nationaux sont en train de virer au rouge les uns après les autres. Ce qui risque  d’impacter plus fortement encore  le projet de loi de finances 2012 dont la préparation intervient dans un contexte mondial caractérisé par de profondes mutations découlant de la crise financière et économique systémique qu'a connue le monde depuis fin 2008 et, surtout, par la décision du FMI d’abaisser sa prévision de la croissance mondiale à 3,3% durant l’année en cours à cause de la forte dégradation de la situation dans la zone euro.
Soumis aux effets de la crise à travers les secteurs les plus exposés aux aléas de la conjoncture internationale, les capacités de résilience de l’économie nationale et son potentiel de croissance risquent de s’amenuiser grandement.
Ceci d’autant plus que la note de conjoncture qui vient d’être publiée par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), tire la sonnette d’alarme d’une manière on ne peut plus claire :  l’environnement international peu porteur a déjà comprimé la demande étrangère adressée au Maroc et risquerait de l’impacter plus négativement si l’on n’y prend pas garde.
Selon la DEPF, les transactions commerciales avec le reste du monde ont accusé un déficit de 167,3 milliards de dirhams, en creusement de 24,7% en glissement annuel, expliqué largement par le renchérissement de  la facture énergétique. Les exportations des biens ont, pour leur part, progressé de 15,1% au titre des onze premiers mois de l’année 2011 (contre +28,6% l’an passé) et les recettes de voyages ont évolué à un rythme ralenti comparé à la même période de l’année passée.
La croissance économique continue néanmoins à tirer profit de la demande intérieure, soutenue par un niveau d’inflation relativement bas et par l’amélioration du niveau des revenus, grâce notamment aux effets positifs de la campagne agricole 2010/2011, au comportement favorable des transferts des MRE, à l’évolution positive des crédits bancaires et aux mesures du dialogue social.
Néanmoins, la sortie de crise s'avère plus complexe et plus problématique que prévu.
Mais au-delà de ce constat qui tient de la lapalissade, ce sont les défis que ces évolutions imposent à la marche du Maroc, en termes d’opportunités et d’efforts à consentir, qui devront être explorés par les rédacteurs du projet de loi de finances 2012 à la faveur de l’évaluation de notre compétitivité, de notre positionnement et des résultats enregistrés au niveau de notre intégration à l’économie mondiale.

L.M
Mercredi 1 Février 2012

Lu 879 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs