Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La musique la plus triste au monde : le fado




La musique la plus triste au monde : le fado
Connaissez-vous le fado? Cette musique originaire du Portugal, est réputée pour la mélancolie et la tristesse de ses mélodies. Au point qu’on dit même d’elle qu’elle est la musique la plus triste du monde… Découvrez ou redécouvrez le fado avec ce dossier!

Le fado : des sonorités mélancoliques

«Un chant populaire urbain du Portugal» : voilà comment l’Unesco définit le fado. Une description juste mais qui semble laisser de côté un point important : la tristesse de ses mélancolies. Le fado prend en effet la forme d’un chant de consonance triste, accompagné par des instruments à cordes pincées. Parmi ces instruments, on trouve notamment la « viola », un instrument de six cordes dérivé de la « vielle » du Moyen Âge et qui ressemble à la guitare classique, ou encore la guitare nationale portugaise, appelée « La portugaise ». Apparu il y a plus de 200 ans dans la ville de Lisbonne, au cœur des anciens quartiers de Alfama et Mouraria, le fado est né au cœur des quartiers pauvres de la ville, au coin de ruelles sombres, de tavernes et de bordels hurlants. Il est ainsi considéré comme la musique du cœur et de l’exil, l’âme même de tout le peuple portugais.

Le fado : des textes nostalgiques

Mais si les instruments utilisés sont à consonance ténébreuse, il en est de même pour les paroles des chansons elles-mêmes. Les textes chantés par les « fadistas » (le nom donné aux chanteurs de fado), font en effet référence à des thématiques sombres comme la jalousie, l’amour déçu, la mort, le chagrin, l’exil et la saudade, qui désigne la souffrance de l’absence, par le manque et la cruauté du destin. Des paroles toujours poignantes et emplies de nostalgie qui donnent au fado son caractère dramatique si caractéristique.

 Le fado : un art protégé

Au début, le fado était chanté dans les tavernes de Lisbonne mais vers le milieu du XIXème siècle, il atteint l’aristocratie. Durant cette période, Severa, grand artiste du fado, est emmené par le Comte de Vimioso à la rencontre de la bourgeoisie : c’est donc lui qui est en grande partie responsable de la promotion du fado, notamment dans les classes aisées. Le fado connaît ensuite son âge d’or dans la première moitié du XXème siècle. A cette époque, la dictature portugaise de Salazar force même les chanteurs de fado à devenir professionnels et les enferme dans les « maisons de fado » afin d’y jouer leur musique. Véritable art à part entière, le fado est aujourd’hui classé au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco.

Libé
Samedi 9 Mars 2013

Lu 613 fois


1.Posté par chebli le 10/03/2013 12:22
Le fado, musique portugaise prend en effet la forme d'un chant mélancolique. Il est généralement accompagné par des instruments à cordes pincées. Le chanteur de fado exploite des thèmes récurrents : comme l’amour la difficulté à vivre, le chagrin, l’exil... Ce chant fut d'abord chanté dans les quartiers populaires avant d'atteindre la bourgeoisie. Le fado fut le chant national du Portugal à l'époque du dictateur Salazar.
A la date du 27 novembre 2011, le Fado a été inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité.
On note aussi un autre chant que l’on appelle le fado de Coimbra qui est un chant lié aux traditions académiques et il est chanté uniquement par des hommes dans la rue ou en société. Les chanteurs et musiciens sont en général habillés de noir, pantalon, habit long et veste de laine. Ce chant se pratique le soir, dans les rues et sur les places et les lieux les plus typiques sont les marches du Monastère Mosteiro de Santa Cruz et de l'église Sé Velha de Coimbra.
Une autre musique le fado lisboa est originaire de Lisbonne et d’autres villes portugaises. Il est pratiqué aussi bien par des hommes que par des femmes et la musique est plus entraînante et plus joyeuse que celui de Coimbra.
Les thèmes autorisés sous le régime de Salazar, avec le fado tragique, de tristesse et de passion résolues dans la violence, avec sang et pleurs. Les paroles sont en rapport avec des problèmes sociaux et politiques et les textes revendicatifs, étaient censurés.
Chebli, ancien professeur de musique et membre fondateur de l’Orchestre Philharmonique du Maroc.
NB : si vous désirez écouter l’OPM, allez assister à la 13ème édition du concours international de Musique du Maroc, le Jeudi 14 Mars 2013 à 20h au Théâtre National Mohammed V-Rabat.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs