Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La musique andalouse cimente les pays de l’UMA




La musique andalouse cimente les pays de l’UMA
Le 8ème Festival international de musique andalouse et des musiques anciennes "Festivalgérie", inauguré le 20 décembre courant, s’est achevé dimanche soir à Alger, avec l’Ensemble maghrébin de musique andalouse qui a gratifié l’assistance d’un florilège de chansons réunissant les grandes écoles andalouses du Maghreb. 
Sous la direction de Samir Boukredera, cet orchestre a compté, pour cette année 2013, 52 instrumentistes dont  30, représentant l’Ensemble national algérien de musique andalouse (Enama),12 représentant l’Orchestre de Mohamed Larbi Temsamani de Tétouan  et 10 l’Ensemble du Malouf tunisien de Sousse. 
Dans des costumes traditionnels propres à chaque région, les instrumentistes, soucieux de représenter le Maroc, la Tunisie et l’Algérie avec ses trois écoles d’Alger, de Tlemcen et de Constantine, ont  exécuté un programme en cinq parties. Après une courte valse au thème mélodieux qui a permis la sortie en solo de quelques instruments, deux belles voix d’Alger se sont relayées dans des extraits de "Noubet Mezmoum", enchaînant entre autres pièces, Lil lah mesaâb Errahil (Btaïhi), Farakani (Insiraf) et Koum yessir lana el kit âane (Khlass).
L’Orchestre a ensuite interprété une Wasla en mode Sbeyane, contenant des pièces du Malouf tunisien dont Mazmoum ou sika, Ya hal tara yardjaaôu et Aâlech Maykounche El Youm.
L’Orchestre s’est ensuite attelé à une suite hawzie, composée notamment de Ya kalbi toub aâl laryam, Harramtou bik nouaâssi (en trois temps) et Bellah yahl El werchane.
La dernière partie est revenue au Maroc qui a interprété des extraits de la Nouba Maya, avec l’insiraf  kouddam  El Maya, autour du thème d’El Aâchiya.
Durant près de deux heures de temps, les voix du Maghreb se sont confondues dans le langage universel de la musique,  chantant l’amour de la vie et de Dieu, dans des contenus existentiels et soufis  au grand plaisir du public qui a savouré chaque instant du récital dans l’allégresse et la volupté.
Le 8ème "Festivalgérie", tenu du 20 au 29 décembre a réuni, outre l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, la Syrie, la France, le Mexique, l’Espagne, la Grèce, le Portugal, la Turquie, le Pakistan, l’Iran, l’Allemagne et le Liban.  

N.B
Mardi 31 Décembre 2013

Lu 406 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs