Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La marche nationale de Tawada


Pour les droits des Amazighs



La marche nationale de Tawada
Ils étaient des centaines à avoir battu le pavé ce dimanche à Rabat. Et des centaines à avoir été interdits à Inzgane, Agadir, El Hoceima et Nador. Ils étaient aussi des dizaines à avoir été arrêtés par les forces de police à Agadir, selon le Forum amazigh de presse et d’information. Dans un communiqué rendu public par ce Forum, ces mêmes forces ont également procédé à la saisie de bannières et de banderoles. Une véritable régression du Maroc en matière des droits humains, souligne la même source.
La troisième édition de Tawada des Amazighs a été organisée sous le signe de la justice, la dignité et les droits des Amazighs. Des banderoles amazighes, de couleurs verte, jaune et bleue et des pancartes appellent le gouvernement à respecter les engagements pris, notamment la promulgation d’une loi organique dans les plus brefs délais. Les slogans de certains groupes frisaient, cependant, le racisme. Des jeunes manifestants sèment encore cette trompeuse division entre Arabes et Amazighs, au moment où tout le monde reconnaît que l’amazigh fait partie de la culture de tous les Marocains. Les manifestants ont aussi dénoncé et condamné particulièrement «les intimidations policières à l’encontre des militants amazighs, la criminalisation de certaines activités citoyennes et démocratiques, la répression et les détentions arbitraires de certains actifs amazighs, les spoliations des terres et des ressources naturelles des Amazighs, la marginalisation des régions rurales et montagneuses amazighes ainsi que le blocage inacceptable de l’adoption d’une législation en faveur de la langue amazighe une année et demie après sa constitutionnalisation».
Un cas de figure a été également soulevé en matière de violation. Il s’agit de Mohamed Bouchdoug, secrétaire général du CMA et membre de l’APMM-Maroc qui fait l’objet depuis quelque temps de harcèlements policiers.
Des signes de solidarité et de soutien ont été exprimés lors de la marche de Tawada à Rabat. «Nous exigeons des autorités la cessation immédiate de la surveillance policière permanente et des provocations qu’elles exercent sur notre collègue et réaffirmons que ces méthodes, loin de décourager les militants sincères, ne font que renforcer leur détermination», indique un communiqué du CMA.

Mustapha Elouizi
Mardi 5 Février 2013

Lu 2695 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs