Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La lutte contre le travail des enfants : Un échec politique collectif

Aveux d'impuissance de l'Organisation internationale du travail




La lutte contre le travail des enfants : Un échec politique collectif
La tendance est actuellement en net recul, pourtant, la situation des enfants astreints au travail  reste préoccupante au Maroc.
Les résultats de l’enquête du Haut-commissariat au plan en disent long quant à l’ampleur de ce phénomène. Et pour cause, le HCP estimait en 2012 à environ 92 000 le nombre d’enfants âgés de 7 à moins de 15 ans contraints de travailler.
Mais la situation n’est pas non plus meilleure ailleurs.
En effet, l’objectif visant à éliminer les pires formes du travail des enfants d'ici 2016 ne sera pas atteint, a récemment déploré l'Organisation internationale du travail (OIT).
Intervenant à l'ouverture de la 3ème Conférence mondiale sur le travail des enfants (du 8 au 10 octobre à Brasilia), son directeur général, Guy Ryder, a reconnu que les efforts fournis à travers le monde pour lutter contre ce fléau restaient insuffisants, à tel point que l’objectif de l’éradiquer ne pouvait être atteint d’ici 2016.
«Soyons clairs. Nous n’atteindrons pas l’objectif de 2016 et c’est un échec politique collectif. Nous devons faire mieux», a-t-il déclaré.
Pour autant, l’OIT refuse de baisser les bras face aux pires formes du travail des enfants. Parmi lesquelles figurent l'exploitation sexuelle, l'esclavage, les activités de trafic de personnes ou de drogues et la manipulation de matières dangereuses.
Ainsi, et en dépit de cet «échec politique collectif», il a appelé les représentants des gouvernements, partenaires sociaux et société civile à redoubler d’efforts pour lutter contre le travail des enfants. Exhortant les participants à concentrer leurs efforts sur des politiques et des mesures qui ont déjà fait leurs preuves, il a précisé que «le travail des enfants n’était pas le problème des seuls pays pauvres ou en développement mais qu’il touchait tous les pays».
Toutefois, se réjouit-il, «nous constatons une prise de conscience de la nécessité de permettre aux adultes et aux jeunes en âge de travailler de bénéficier d’un emploi décent si nous voulons garantir aux familles des revenus qui ne dépendent pas du travail des enfants – et, réciproquement, du fait que le travail des enfants sape les conditions de travail et de rémunération décentes des travailleurs adultes», a-t-il lancé aux participants.
«Selon les dernières estimations mondiales, le travail des enfants est prédominant dans l’agriculture, tant formelle qu’informelle, et dans les autres secteurs de l’économie informelle», observe-t-on à l’OIT.
Si le nombre global d'enfants en situation de travail a diminué d'un tiers depuis l'année 2000, passant de 246 millions à 168 millions, la situation demeure préoccupante à bien des niveaux.
En effet, insiste-t-on à l’OIT, «plus de la moitié d'entre eux, c'est-à-dire, 85 millions effectuent des travaux dangereux (ils étaient 171 millions en 2000)».
Par ailleurs, le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur dans la région Asie-Pacifique où l’on dénombre les plus grands nombre d'enfants (presque78 millions ou 9,3% de toute la population d'enfants), selon des estimations et tendances mondiales couvrant la période 2000-2012.
Plus proche de nous, «l'Afrique subsaharienne continue à être la région avec la plus forte incidence de travail des enfants (59 millions, plus de 21%)», révèle l’organisation. « Tandis qu'ils sont 9,2 millions (8,4%) dans la région du Moyen-Orient et l'Afrique du Nord ».
Il est à souligner que la Conférence de Brasilia entendait établir le bilan des progrès accomplis depuis la précédente Conférence mondiale (à La Haye en 2010) et examiner les différents « moyens d’accélérer les efforts de lutte contre le travail des enfants à l’échelle mondiale – et en particulier contre ses pires formes », souligne l’OIT dans son site Internet.

Alain Bouithy
Samedi 12 Octobre 2013

Lu 859 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs