Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La longue passion d'une Berlinoise de l'Est pour la mode vintage




La longue passion d'une Berlinoise de l'Est pour la mode vintage
Quand Josefine Edle von Krepl fuit Berlin-Est trois mois avant la chute du Mur en 1989, elle réussit à sauver une vaste collection de vêtements anciens dans lesquels elle a emballé de la vaisselle.
Dessinatrice de mode, journaliste et mère de deux enfants, elle avait été autorisée à emporter à l'Ouest de nombreux objets personnels, affirmant quitter l'Allemagne de l'Est pour se marier, explique-t-elle.
Elle a consacré sa vie à sa passion pour la mode féminine à travers l'histoire et possède aujourd'hui une collection de 5.000 vêtements et accessoires allant de 1900 aux années 1970, témoins des époques et des changements sociaux chez les femmes.
Cette dame de 68 ans aux cheveux roux connaît la provenance et l'histoire de chacun de ses vêtements.
"Quand j'étais journaliste, je me rendais régulièrement dans des villages, je demandais aux habitants s'ils avaient des fripes et je les achetais. Certaines étaient sales, devaient être réparées et lavées, ce qui était compliqué", raconte-t-elle.
"En RDA, les gens gardaient beaucoup de vêtements. Ils ne comprenaient pas (ce que voulait dire "vintage") et rigolaient", précise-t-elle.
Sa passion est née il y a 55 ans. A 13 ans, elle "sauve" une robe en satin noir de sa grand-mère vouée à être jetée.
Elle est particulièrement fière de la robe de mariage de sa mère qui date de 1937, "une femme magnifique" qui portait "toujours quelque chose de chic et du rouge à lèvre".
En 2006, la ville de Meyenburg à 140 km au nord-ouest de Berlin propose de montrer une partie de sa collection dans son château restauré. Quelque 360 objets de Mme Edle von Krepl - sacs, chapeaux, chaussures, bijoux - y sont exposés dans le bâtiment historique qui abrite un "Musée de la mode".
Elle a d'ailleurs fini par retourner s'installer en ex-RDA dans un ancien presbytère des environs de Meyenburg, avec ses sept chats.
Au milieu d'un tas de robes de mariées du début du XXe siècle, une pièce noire se détache. Elle explique que les femmes les plus modestes s'habillaient en noir à leur mariage pour porter à nouveau leur robe.
Elle montre ensuite une robe de fiançailles chatoyante à voile blanc, portée en 1914 par une jeune femme qui voulait la mettre à son mariage avec une doublure différente. "J'étais à Hanovre (ouest) pour un défilé, une femme m'a appelée pour me dire qu'elle me donnerait une robe", raconte-t-elle. "Son fiancé était parti à la guerre et avait été tué". "La robe n'est jamais devenue une robe de mariée".
"Quand je trouve quelque chose, je dois le sauver. J'ai le +syndrome du sauveur+". Parmi ses critères - dessin, coupe, matériaux - une condition primordiale: chaque vêtement doit avoir été porté.
Des habits en patchworks de vieux vêtements, datant de la Seconde guerre mondiale, montrent la créativité des femmes en période de pénurie. Jusqu'au milieu des années 1950, elles fabriquaient elles-mêmes la plupart de leurs vêtements, puis en se mettant à travailler, elles se sont procuré des vêtements en magasin.
Josefine Edle von Krepl, qui aspirait à un "travail créatif", a étudié la mode et le journalisme. Elle a été 13 ans rédactrice pour le magazine de mode est-allemand "Für Dich", et, fait rare pour l'époque, a ouvert en 1980 un commerce privé à Berlin-Est afin d'y vendre ses propres créations.
"C'était la folie totale", se rappelle-t-elle, en évoquant les queues devant son magasin. "Je n'arrivais pas à coudre et produire pour suivre les ventes".
Elle ne sait pas combien d'argent elle a dépensé durant toutes ces années, beaucoup de vêtements ayant été achetés dans l'ancienne monnaie de la RDA.
Elle veut en tous cas trouver une personne qui reprendra tous ses "trésors" au moment où elle prendra sa retraite.

Libé
Mardi 17 Avril 2012

Lu 3882 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs