Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La liberté d’expression est-elle encore une condition nécessaire à la démocratie ?




Le Conseil de l'Europe réunira de hauts magistrats, des représentants de gouvernements et des militants pour débattre des enjeux de la liberté d’expression lors d’une conférence à Strasbourg.
Quelque 300 participants conviés à une conférence organisée à Strasbourg les 13 et 14 octobre – ouverte aux médias – examineront les graves implications pour la liberté d’expression de récents événements tels que l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo, commis à Paris en janvier dernier.  L’avocat du journal, Richard Malka, sera l’un des intervenants, aux côtés de juges de la Cour européenne des droits de l’Homme, de juges des tribunaux nationaux, de journalistes et de représentants d’organisations de défense de la liberté des médias, de gouvernements et d’organisations internationales.
Les participants se demandent si l’Europe n’est pas en train de glisser vers la criminalisation de la liberté d’expression en réponse aux discours de haine. Ils s’interrogeront aussi sur les moyens de lutter contre le terrorisme tout en respectant la liberté d’expression sur Internet, et sur les incidences de la surveillance de masse pour la liberté d’expression.
Ils examineront les effets de la Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes, créée récemment par le Conseil de l'Europe pour faciliter la diffusion rapide d’alertes sur les menaces visant des journalistes et permettre ainsi une action préventive efficace.
La conférence sera ouverte notamment par le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland, l’ambassadeur de Bosnie-Herzégovine, Almir Sahović, représentant la présidence du Comité des ministres du Conseil de l'Europe, le président de la Cour constitutionnelle de Turquie, Zühtü Arslan, le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l'Europe, Nils Muižnieks, la représentante de l’OSCE pour la liberté des médias, Dunja Mijatovic, et le commissaire du gouvernement fédéral allemand pour la politique des droits de l’Homme et l’aide humanitaire, Christoph Strässer.

Mardi 13 Octobre 2015

Lu 231 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs