Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La libéralisation face au protectionnisme




La libéralisation face au protectionnisme
L’impact de la crise ne remet pas en cause le processus de libéralisation. L’accord Etats-Unis-Europe aura des effets très importants sur le tourisme et le transport aérien dans le monde et en Afrique. «Les conséquences pour le transport aérien en Afrique induites par la crise ne sont pas à minimiser. Les Etats-Unis ont le droit de refuser l'extension de l'accord de l'Open Sky aux pays africains qui disposent d'accords antérieurs avec les pays de l'U.E. Aucune disposition spécifique n'est à ce jour prévue vis-à-vis des pays tiers». C’est en ces termes que François Vellas, professeur à l’Université de Toulouse, attire l’attention des transporteurs et autres opérateurs de l’aérien en Afrique. Lors du séminaire organisé le 15 mai dernier à Essaouira, il a souligné que face à la crise économique mondiale, il en résulte, d’après lui, un risque de détournement de trafic au profit des pays de l'Atlantique Nord qui vont bénéficier d'un accroissement de l'offre et de la demande touristiques (taux de change). Selon la direction générale des Transports de la Commission européenne, la croissance du trafic entre les Etats-Unis et l'Europe devrait être de 26 millions de passagers de plus entre 2007 et 2012. De plus, cet accord devrait générer plus de 72.000 nouveaux emplois directs et indirects au cours des cinq prochaines années. Il est important, du fait de la crise mondiale, d'engager dès maintenant une nouvelle stratégie post-Yamoussoukro (référence réglementaire africaine) du transport aérien en Afrique afin de renforcer les capacités et les fréquences, ce qui est la condition nécessaire à la fixation de tarifs compétitifs. La question fondamentale sera celle des droits de cabotage inclus ou non dans les futurs accords de l'Open Sky (7e et 8e libertés). Sur la période 2000-2007, les arrivées touristiques internationales en Afrique ont progressé à un taux deux fois supérieur à la moyenne mondiale (+4,1%) avec + 6,9% par an. En terme d'arrivées, le total en 2007 est de 44,4 millions dont 16,3 millions en Afrique du Nord et 28,2 millions en Afrique subsaharienne. Malgré la crise, l’Afrique devrait poursuivre son développement si le transport aérien concorde avec les prévisions de l’OMT de 77 millions d’arrivées touristiques internationales en 2020 Par ailleurs, signé en décembre 2006, l’accord entre le Maroc et la communauté européenne aurait permis, selon Olivier Boulnois, expert de l’Union européenne qui a participé aux travaux du même colloque, la libéralisation des services aériens directs avec des conséquences immédiates pour les citoyens des deux rives de la Méditerranée. Les restrictions qui existaient dans les anciens accords bilatéraux conclus entre le Maroc et les Etats membres de la Communauté européenne, ont pris fin dès décembre 2006. Il s’agit de l’évolution des clauses de propriété et de contrôle- développement des possibilités des investissements (Low-cost, Jet4You..) ainsi que la fin des limitations apportées aux volumes de fréquences (ex : 46 fréquences hebdomadaires entre Londres et Marrakech). Il ressort des statistiques disponibles que 15 nouvelles compagnies qui se sont positionnées sur le marché Europe-Maroc après la signature de l'accord euro- méditerranéen, permettent une croissance du trafic de l'ordre de 20% en 2007, puis de 7% en 2008 qui s'accompagne d'une baisse conséquente des tarifs. De même, plus de 50 nouvelles lignes ont été créées (Madrid, Gerona, Lyon, Bergame, Fez, Tanger, Agadir, etc..) et 8,7 millions de passagers ont déjà été transportés entre l'Europe et le Maroc en 2008. En parallèle de cette ouverture au marché, le Royaume du Maroc s'est engagé dans un ambitieux processus de convergence réglementaire vers les standards communautaires qui couvre tout le champ du transport aérien. Le même expert européen soutient l’idée selon laquelle l’exemple marocain est une réussite que la communauté européenne souhaite reproduire avec les différents partenaires africains. Dans cet esprit, des discussions sont d'ailleurs actuellement en cours avec l'Algérie et la Tunisie. Le récent accord horizontal conclu avec l'UEMOA (Union économique monétaire ouest-africaine), dans un domaine restreint (correction juridique des accords bilatéraux existants), nous ouvre de nouvelles possibilités (négociation de bloc à bloc) que nous souhaitons explorer pour poursuivre et approfondir notre coopération avec l'Afrique. Expert de l’Union européenne, Olivier Boulnois a noté que le transport aérien traverse une zone de turbulences. La crise se manifeste par la chute du chiffre d’affaires des compagnies aériennes IATA de -12% en 2008, soit plus qu’en 2001 (-7%). Au niveau du trafic passager, la baisse a dépassé 5,7 % en 2008 contre un recul de 13% pour le trafic fret. Les pertes totales en 2008 sont près de 8,5 milliards de dollars contre 4,7 milliards prévus en 2009. Pertes prévues en2009 Les statistiques rapportées par ce même expert indiquent que les compagnies aériennes ont enregistré une baisse de 11,1% du nombre de passagers en mars par rapport à mars 2008 (IATA 28 avril 2009). Le volume de fret a chuté de 21,4% par rapport à mars 2008 (IATA 28 avril 2009). Le secteur pourrait à nouveau perdre 4,7 milliards de dollars cette année (Les données excluant le trafic intérieur). Pour ce qui est de l’année 2009, les conséquences seront lourdes. Ainsi, les transporteurs d’Asie-Pacifique verront leur pertes plus que doubler, passant de 500 millions $US en 2008 à 1,1 milliard en 2009. Les pertes des transporteurs européens seront de 1 milliard $US et celles des transporteurs du Moyen-Orient vont doubler pour atteindre 200 millions $US. Les transporteurs d’Amérique latine verront leurs pertes également doubler pour atteindre 200 millions $US. Alors que chez les transporteurs d’Afrique, les pertes sont estimées à 300 millions $US (source IATA, janvier 2009).

L
Samedi 23 Mai 2009

Lu 1179 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs