Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La justice égyptienne n’a pas le sens de l’humour quand il s’agit de Morsi et de l’islam


Le procureur général ordonne l’arrestation d’un célèbre animateur de télévision satirique Bassem Youssef



La justice égyptienne n’a pas le sens de l’humour quand il s’agit de Morsi et de l’islam
Le procureur général égyptien a ordonné samedi l'arrestation d'un célèbre animateur de télévision satirique, Bassem Youssef, accusé d'insulte à l'islam et au président issu des Frères musulmans Mohamed Morsi, a rapporté l'agence de presse officielle Mena.    
Des sources judiciaires ont indiqué à l'AFP que plusieurs plaintes avaient été déposées contre Youssef.
Il est accusé d'offense à l'islam pour s'être "moqué du rituel de la prière" dans son émission, et d'insulte envers le président Morsi pour avoir "raillé son image à l'étranger", selon ces sources.
L'auteur d'une des plaintes a demandé que des mesures légales soient prises contre lui afin de dissuader d'autres personnes de suivre son exemple, selon une des sources.
Son émission satirique hebdomadaire "Al-Bernameg" ("L'émission"), inspirée du "Daily Show" américain de Jon Stewart, tourne en dérision les figures politiques du pays et n'épargne ni le président ni les dirigeants des Frères musulmans. Le 1er janvier, le procureur général avait décidé d'ouvrir une enquête visant cet animateur.    La plainte à l'origine de l'enquête avait été déposée par un avocat, Ramadan Abdel Hamid al-Aqsari, qui a par le passé cherché à poursuivre en justice nombre de personnalités du monde politique et médiatique.    
L'augmentation du nombre de plaintes déposées contre des journalistes a fait planer le doute sur l'engagement de M. Morsi concernant le respect de la liberté d'expression, une revendication-clé du soulèvement populaire qui avait provoqué la chute de l'ancien président Hosni Moubarak en 2011.
Le procureur de l'Etat nommé par M. Morsi, Talaat Ibrahim, avait ordonné le 27 décembre l'ouverture d'une enquête contre trois dirigeants de l'opposition accusés d'inciter au renversement de M. Morsi, premier président civil et islamiste d'Egypte. Mais l'avocat ayant déposé la plainte à l'origine de cette enquête s'est depuis rétracté.

AFP
Lundi 1 Avril 2013

Lu 449 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs