Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La guerre en Syrie s’étend au Liban

Quatre morts dans un attentat visant un fief du Hezbollah




La guerre en Syrie s’étend au Liban
Un nouvel attentat suicide à la voiture piégée a tué quatre personnes samedi dans l'est du Liban, le quatrième à viser en un mois un fief du mouvement chiite Hezbollah engagé dans la guerre en Syrie voisine au côté du régime.
L'attaque a été revendiquée par le "Front al-Nosra au Liban", considéré comme une branche d'un groupe lié à Al-Qaïda qui combat les troupes du régime syrien de Bachar al-Assad.
Elle marque une recrudescence des attentats menés par des kamikazes au Liban, pays entraîné dans une spirale de violences liée au conflit en Syrie, qui a exacerbé les tensions entre musulmans sunnites appuyant les rebelles, et les chiites, emmenés par le Hezbollah.
Il s'agit du septième attentat à frapper un bastion du Hezbollah depuis que ce puissant mouvement armé a confirmé à la mi-2013 qu'il envoyait des hommes combattre les rebelles syriens.
L'attaque s'est produite à 18H25 locales (16H25 GMT) dans une station-service de la ville de Hermel, à une dizaine de km de la frontière syrienne, a indiqué l'armée, qui a confirmé qu'elle avait été commise par un kamikaze.
"Il y a au moins quatre morts et plus de 15 blessés, dont trois sont dans un état critique", a déclaré le ministre de l'Intérieur Marwan Charbel.
 "Nous avons mené une deuxième attaque suicide contre le bastion du parti de l'Iran (Hezbollah, ndlr) dans la ville de Hermel pour répondre à ses crimes et son insistance à envoyer davantage de mercenaires pour tuer le peuple syrien", a affirmé le "Front al-Nosra au Liban" sur Twitter. 
"Face aux massacres qu'il commet, nous ne pouvions que lui rendre la pareille dans son fief pour le pousser à revoir ses calculs", a ajouté le groupe qui avait revendiqué un précédent attentat à Hermel le 16 janvier (3 morts).
Des attaques ont par ailleurs visé des opposants au Hezbollah et au régime de Damas, comme le politicien sunnite Mohammed Chatah, tué dans un attentat le 27 décembre à Beyrouth.
La coalition dite du 14-Mars, pro-occidentale et anti-syrienne, menée par l'ex-Premier ministre Saad Hariri qui vit en exil en France, a accusé le Hezbollah d'être derrière cet assassinat.
Victime des contrecoups du conflit en Syrie, le Liban est paralysé politiquement depuis la démission du Premier ministre Najib Mikati en mars 2013, la coalition du 14-Mars et le Hezbollah ne parvenant pas à un accord sur la formation d'un gouvernement.
M. Mikati a condamné "l'attentat", renouvelant l'appel à l'unité pour "protéger notre patrie". 
De son côté, l'ambassade des Etats-Unis à Beyrouth a réaffirmé le "soutien américain aux forces armées libanaises".
Dans un communiqué, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a souligné "le besoin de traduire en justice les auteurs" de l'attaque.
Pour le ministre syrien de l'Intérieur Omrane al-Zohbi, "cette attaque terroriste (...) ne profite qu'à l'ennemi israélien".

AFP
Lundi 3 Février 2014

Lu 825 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs