Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La guerre dans l’île a fait entre 80.000 et 100.000 victimes en 27 ans

Ban Ki-moon au Sri Lanka pour exiger un accès aux réfugiés




Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon était attendu vendredi soir au Sri Lanka pour une visite de 24 heures durant laquelle il devait presser le gouvernement de Colombo d’autoriser pour les organisations humanitaires un accès sans entraves aux quelque 250.000 déplacés du conflit. M. Ban devait s’entretenir samedi avec le président sri-lankais Mahinda Rajapakse et le ministre des Affaires étrangères Rohitha Bogollagama, avant de se rendre dans l’ex-zone des combats, au nord du pays, notamment pour y visiter le camp de Manik Farm qui accueille des dizaines de milliers de réfugiés. Le régime de Colombo a proclamé en début de semaine sa victoire sur les indépendantistes tamouls et la fin d’une guerre qui a fait “entre 80.000 et 100.000 morts en 27 ans”, selon des chiffres de l’ONU publiés mercredi. L’armée a affirmé avoir abattu le chef des Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE), Velupillaï Prabhakaran. Colombo devra autoriser l’accès “total et inconditionnel” des organisations humanitaires aux civils, et mettre en œuvre “rapidement” le retour des populations déplacées, avait souligné mardi M. Ban, en annonçant sa visite dans le pays. L’ONU, comme plusieurs ONG, se plaignent des restrictions qui leur sont imposées pour accéder aux camps de réfugiés. Le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) avait déploré jeudi la décision des autorités sri-lankaises de restreindre l’accès de l’aide humanitaire au plus grand camp de déplacés de Menik Farm, près de Vavuniya (nord), où s’entassent plus de 130.000 personnes. Le gouvernement n’a autorisé l’accès qu’à l’aide alimentaire d’urgence, ce qui exclut notamment le CICR mais aussi des agences de l’ONU. Les Etats-Unis ont également pressé jeudi le gouvernement de Colombo de lever ces restrictions d’accès. Le même jour, cependant, un haut responsable de l’ONU, Vijay Nambiar, chef de cabinet de M. Ban, a pu se rendre dans des camps de personnes déplacées près de Vavuniya, où sont rassemblés la plupart des civils ayant pu fuir les combats. Mardi, M. Ban s’était dit “soulagé par la fin des opérations militaires, mais profondément troublé par la perte de vies parmi les civils”. Le secrétaire général avait également assuré que si des allégations de crime de guerre sont avancées, “elles doivent faire l’objet d’une enquête appropriée”, insistant également sur l’objectif de “réconciliation nationale” prenant en compte les “aspirations légitimes” de toutes les minorités, y compris tamoule. 

AFP
Samedi 23 Mai 2009

Lu 223 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs