Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La grogne du personnel de l’ONDA est à son comble : Sit-in devant le siège de l’administration




La grogne du personnel de l’ONDA est à son comble : Sit-in devant le siège de l’administration
Rien ne va plus à l’Office national des aéroports (ONDA). Après le scandale financier qui a provoqué le départ et la poursuite judiciaire de l’ancien directeur général et certains de ses cadres, c’est au tour de la grogne du personnel de défrayer, désormais, la chronique. La colère du personnel se poursuit donc, même avec l’actuelle administration censée désamorcer la crise et relooker l’image de marque de cette entité.
Pour faire entendre leur voix longtemps étouffée par les différentes manœuvres de l’administration, les syndicalistes, affiliés à la FDT, ont observé, vendredi à 11 heures, un sit-in d’une heure devant le siège de l’administration centrale. «Une initiative qui n’aurait jamais eu lieu si l’actuel management de l’Office avait adopté une nouvelle approche à leurs revendications», nous fait savoir un syndicaliste. Entre autres, les syndicalistes, «furieux du comportement hautain et inerte de l’administration, exigent davantage d’écoute et de réactivité de la part de la direction», précise un syndicaliste.    Ce sit-in qui inaugure une série de manifestations à l’horizon vient consolider les positions fermes du personnel qui refuse de participer par son silence à la «mauvaise gestion de l’entité. Le copinage est monnaie courante ainsi que le favoritisme et les harcèlements moraux. Le plan de carrière est flou pour l’ensemble du personnel à part quelques cadres, comptés au bout du doigt, qui jouissent de tous les avantages sociaux au détriment de la stabilité socioprofessionnelle au sein des différents départements, notamment ceux des ressources humaines et de la communication», crie un autre syndicaliste furieux de la situation de cet Office doté de tous les moyens financiers, humains et techniques pour être au diapason des attentes du pays.
Face à cette situation lamentable, le bureau syndical s’est mobilisé pour transmettre les revendications du personnel à l’administration depuis plusieurs semaines. Une réunion entre le bureau syndical auquel participent également les représentants du bureau syndical des techniciens d’électricité et de la maintenance et le directeur général de l’Office a eu lieu le 22 février dernier.
Une rencontre au cours de  laquelle le directeur général avait promis la résolution de la situation du personnel et la réponse favorable à leur requête qui englobe plusieurs revendications, à savoir la révision des salaires, l’amélioration des conditions de travail, l’application d’une réelle politique de gestion des ressources humaines basée sur des critères professionnels en encourageant les compétences, le remboursement des heures supplémentaires ainsi que la formation continue qui permettrait, entre autres, au personnel des promotions au sein des différents départements, etc. «La liste des revendications du personnel est plus longue que celles des abus», résume le même syndicaliste.
En attendant l’application des promesses, les syndicalistes se sont aperçus que la situation ne fait que s’aggraver, notamment au sein de certains départements clés de l’Office.
Il est à noter que «des observateurs critiquent, sans cesse, la politique de communication et de marketing de cet Office peu connu des Marocains. Désormais, c’est le tour de la gestion des ressources humaines de cumuler à la fois la grogne du personnel et les critiques des observateurs», explique le communiqué des syndicalistes. Et d’ajouter : «L’ONDA doit certes suivre la tendance générale du pays en pleines réformes. Il ne pourrait faire exception des autres Offices qui se respectent. La restructuration ne tardera pas à venir, surtout que le personnel réclame davantage de démocratie dans la gestion des ressources humaines.» En un mot : fini le temps de l’anarchie ; c’est l’heure de la transparence et de l’équité. 

Rida ADDAM
Samedi 26 Mars 2011

Lu 692 fois


1.Posté par aéroport agadir le 26/03/2011 21:19
rien ne marche normal dans cet établissement public, il n' ya que l'anarchie et la corruption, sans aucune porsuite judiciaire des corrompus. l'ONDA est un gros gateau partagé par certaines familles et personnes. pas de transparence au recrutement du personnel, il n'ya ni formation ni formation continue, les oeuvres sociales sont plus malades que les employés eux-meme, une petite gatégorie de personnel est très favorie par rapport aux autres, trop de bureau cratie, j'invite tout le monde d'intervient pour sauver cet établissement public qui se dirige vers le caho

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs