Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La grogne de la société civile et du personnel est à son pic : 2M dans la tourmente




La grogne de la société civile et du personnel est à son pic : 2M dans la tourmente
Un vendredi chaud pour les responsables de la deuxième chaîne nationale 2M. Deux sit-in ont été observés à l’intérieur et à l’extérieur de la chaîne d’Aïn Sebaâ. Le premier, organisé par la société civile et quelques employés de 2M, a eu lieu à 10 heures du matin devant le grand portail de la chaîne. Les manifestants scandaient des slogans forts. Entre autres, ils revendiquaient une programmation digne des attentes des citoyens et le respect de la déontologie de la presse. Ils criaient haut et fort la désinformation et le fait de tronquer les déclarations des citoyens. Ils ont également soulevé la question de la dilapidation des  deniers publics à travers des émissions et des productions de mauvaise qualité.
Pour sa part, le personnel de 2M, qui partage les revendications de la société civile, a scandé d’autres slogans relatifs à la mauvaise gestion de la chaîne. Lors du second sit-in de la journée, observé à l’intérieur de la chaîne d’Aïn Sebaâ, des dizaines d’employés ont manifesté leur mécontentement contre l’anarchie, la corruption et le copinage devenus monnaie courante dans les différents départements de la chaîne. Pour eux, le départ de certains cadres influents  est une exigence pour assurer  l’avenir de la chaîne qui doit également, d’après eux, adopter une politique de proximité, loin de la langue de bois. Sur ce, les employés associent leur voix à celle des manifestants de la société civile pour réclamer la libéralisation des médias publics.
Notons que ce mouvement interne de protestation a été initié par le Syndicat démocratique de la communication audiovisuelle (FDT), le Syndicat des employés de 2M (UMT) et le Bureau syndical unifié de la SNRT (CDT). Au moment où nous mettions sous presse, les  syndicalistes de 2M nous ont informé que des membres du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) ont demandé  de rejoindre le mouvement. Une demande qui a fait le bonheur des syndicalistes. Surtout que cela ne fera que consolider leur rang.

Rida ADDAM
Samedi 26 Mars 2011

Lu 628 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs